PARTAGER

La polémique continue, après la sortie du bâtonnier de l’Ordre des avocats, Me Mbaye Guèye, dimanche sur Rfm, annonçant la traduction de Me Abdoulaye Wade devant le Conseil de discipline de l’Ordre des avocats. L’ancien président de la République avait qualifié les avocats de l’Etat, qui réclamaient leurs honoraires dans le dossier de la traque des biens mal acquis, d’«escrocs». Son camarade de parti Mayoro Faye vole à son secours. «Ceux qui annoncent déjà que Me Wade est traduit devant le Conseil de discipline pour ses déclarations sont complétement passés à côté», estime ce membre du Comité directeur du Pds dans un texte publié sur sa page Facebook qu’il a envoyé à la Rédaction du journal Le Quotidien. M. Faye cautionne les propos de son mentor car, selon lui, les avocats de l’Etat «n’ont pas permis de recouvrer les montants promis et annoncés avec beaucoup de fanfaronnade».
Par ailleurs, le responsable libéral à Saint-Louis soutient que le Secrétaire général du Pds est une victime de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) puisque «ses véhicules et ses maisons ont été illégalement saisis et son nom vilipendé un partout à travers le monde pour du toc». Une traque qu’il considère comme du «cirque». Mayoro Faye d’ajouter : «Osons au moins demander des comptes à ce pool de protestataires qui s’était constitué partie civile de façon illégale, promettant à l’Etat de recouvrer les 694 milliards annoncés dans cette partie de science-fiction judiciaire dont les effets spéciaux ont déjà frôlé une vile déliquescence. Les divers biens saisis n’appartiennent pas à Karim Wade mais à d’autres braves Sénégalais victimes des dégâts collatéraux d’une opération de règlement de comptes. Des concitoyens qui continuent d’ailleurs, de réclamer justice pour que leurs biens arbitrairement arrachés leurs soient restitués.» Toutes choses qui lui font dire que la récente déclaration de Abdoulaye Wade mérite réflexion.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here