PARTAGER

Depuis sa création, le Mouvement Luy Jot Jotna a toujours participé aux élections organisées dans le pays. Mais voyant que ses chances sont minimes à cause de l’absence de son leader, le Mlpc veut garder ses chances de reconquérir le pouvoir en participant à la Présidentielle de 2019 avec une coalition.  Cependant, tout dépend, disent les camarades de Gadio, du programme qui leur sera proposé.

Le Mouvement panafricain et citoyen Luy Jot Jotna n’aura pas de candidat à cause de son leader en délicatesse présentement avec la justice américaine. Mais, il compte participer à l’élection présidentielle de 2019. C’est la volonté exprimée par ses membres réunis ce samedi avec les élus locaux et les cadres sur les perspectives de la Présidentielle de février 2019. L’idée agitée lors de la réunion du Bureau politique du 31 juillet dernier a rencontré l’adhésion du leader, Cheikh Tidiane Gadio, et des membres et sympathisants.
Seulement le Mouvement panafricain et citoyen/Luy Jot Jotna, qui cherche à préserver ses chances de conquête du pouvoir,  n’entend pas se lancer dans cette aventure à l’aveuglette. Cheikh Tidiane Gadio et ses camarades exigent certaines conditions pour une éventuelle collaboration en vue de l’élection présidentielle de février 2019. Après avoir réfléchi, disent-ils, sur la forme de leur participation à la Présidentielle et étudié aussi la manière de s’impliquer dans ces joutes électorales, ces partisans de Gadio voudraient «un partenariat stratégique autour d’un programme de gouvernement qui mettra définitivement notre pays dans une trajectoire de son grand destin en Afrique et dans le monde». Ils ont décidé de donner mandat au Président du Mlpc et aux responsables pour voir  la meilleure stratégie et le meilleur format de la coalition pour la Présidentielle.
Si le Mlpc s’est résigné à aller à cette Présidentielle avec une coalition, «c’est parce que nous avons vu que nos chances sont minimes étant donné  que notre leader est retenu actuellement aux Etats-Unis confronté  à un problème de la justice», a dit El Hadji Pape Larou Mar, responsable du Mouvement Luy Jot Jotna, selon qui l’affaire Cheikh Tidiane Gadio ne tardera pas à connaître son épilogue. D’ailleurs, le leader du Mlpc a parlé avec les militants via WhatsApp en les rassurant qu’il se porte bien et qu’il ne tardera pas à rentrer au bercail pour poursuivre avec eux le travail qu’ils ont entrepris.  A en croire Larou Mar, le Mouvement Luy Jot Jotna a reçu pas mal de propositions venant des partis  politiques de l’opposition comme du côté du pouvoir. «Nous sommes en train de réfléchir avec qui nous devons aller aux élections», informe-t-il. M. Mar indique : «Nous allons réfléchir ensemble pour donner carte blanche à notre leader et aux responsables du parti pour voir comment mener des discussions avec les formations avec lesquelles nous allons  en coalition.»
Interpellé sur le compagnonnage du Mlpc avec Benno bokk yaakaar, le responsable du mouvement Luy Jot Jotna se donne bonne conscience. «Notre compagnonnage avec le Benno a été sincère. Après l’élection de 2012, nous avions décidé de soutenir le candidat qui viendrait en deuxième position. C’est pourquoi nous avons soutenu Macky Sall sans condition. Mais à un temps nous avons vu que notre compagnonnage ne pouvait plus continuer et nous l’avons arrêté», précise-t-il.
Mais à la question de savoir si leur mouvement va soutenir Macky Sall, El Hadji Pape Larou Mar fait dans le clair-obscur. «Il nous faudrait réfléchir ensemble sur une possible candidature. Nous n’excluons aucun parti, mais nous allons discuter autour d’un programme. On ne peut tout de suite dire que nous allons nous coaliser avec tel ou tel parti», se défend-il.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here