PARTAGER

La chanteuse Maréma Fall continue de faire honneur à son pays. Après avoir reçu le prix Rfi 2014 et sa désignation comme ambassadrice des droits de l’Homme, l’auteure de Femme d’Affaires est choisie comme marraine du festival de Tanger.

Maréma Fall est une chanteuse dont le talent ne se discute plus. Malgré sa jeune carrière solo, la jeune dame se révèle être l’une des dignes représentantes de la musique sénégalaise sur la scène internationale. Hissant très haut le drapeau de la musi­que africaine et plus particulièrement du Sénégal, Maréma Fall est à nouveau honorée par les autres pays africains. La lauréate du prix Rfi 2014 a été désignée marraine du festival international des musiques du monde et des arts d’Afrique de Tanger «Womaaf » qui aura lieu du 28 au 30 septembre prochain. «Ce 28 septembre, je serai au festival de Tanger qui m’a choisie comme marraine», informe la chanteuse au bout du fil. Elle précise qu’elle va donner un concert durant ce rendez-vous panafricain de musique et qu’elle restera sur place jusqu’à la fin du festival. Maréma Fall, en déclinant son programme à Tanger, avoue tout de même ne pas connaitre les critères ayant guidé le choix des organisateurs dudit festival sur sa personne pour être la marraine de l’édition 2017. Toutefois, l’artiste sénégalaise soupçonne avoir convaincu son monde par sa volonté de promouvoir la musique africaine.
Devant assurer la première partie du concert de Amadou et Myriam en Suisse au mois de novembre prochain en compagnie d’autres grands artistes africains dont Oumou Sangharé, Maréma Fall annonce également qu’elle reviendra au Maroc, plus précisément à Rabat, pour participer  au festival «Visa For music» prévu du 25 au 30 en novembre prochain. Maréma Fall se prépare aussi à sortir un deuxième album d’ici l’année prochaine. «Ça va chauffer», a promis la chanteuse qui renseigne qu’elle est en train de réfléchir sur le titre de ce nouvel opus sur lequel elle travaille actuellement. On apprend également que beaucoup de maisons de production en Europe se bousculent au portillon pour courtiser sa signature. «J‘ai des propositions de maisons de production basées en Europe. Rien n’est encore ficelé», a clarifié Maré­ma, actuellement en répétition pour reprendre le chemin des scènes après la fête de Tabaski.

Bilan de la dernière tournée
Revenue d’une tournée européenne qui l’a menée en Allemagne dans des villes comme Berlin, Cologne et Wolfsburg, Maréma Fall avait marqué de son empreinte le dernier Femua,  organisé par le groupe ivoirien, Magic système. Elle a d’ailleurs, au terme de ce festival, été nommée ambassadrice des droits de l’Homme par le comité des droits de l’Homme de la Côte d’Ivoire. Se prononçant sur les festivals auxquels elle a pris part en Allemagne, Maréma Fall dit avoir réussi à conquérir le public germanique et annonce la publication ultérieurement de diverses vidéos relayant ces prestations. «C‘était magnifique. Les vidéos vont être bientôt diffusées sur les chaines de télé ; le montage est en train de se faire. Une fois fini, on va les distribuer aux télés pour que les fans voient ce qu’on a fait en Allemagne. Les Allemands aiment la musique africaine. Ce sont de grands festivals où on retrouve beaucoup de grands artistes africains comme Salif Keïta, Ticken Ja Fakoly,… », se réjouit-elle.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here