PARTAGER

21 ans après la disparition de El Hadji Abdou Aziz Sy «Dabakh», Diacksao, lieu de retraite spirituelle de El Hadji Maodo Malick Sy, sera le point de ralliement, ce week-end, de milliers de fidèles qui vont célébre la 20e édition du gamou annuel de Diacksao. Lors d’un point de presse hier le marabout de Diacksao, Serigne Sidy Ahmed Sy «Dabakh» a appelé tous les acteurs politiques, sociaux, syndicaux et citoyens à «la sérénité, la lucidité, la retenue, la concertation, sur toutes les questions d’intérêt général.

En prélude au gamou annuel de Fass-Diacksao qui sera célébré ce samedi 21 avril 2018, Serigne Sidy Ahmed Sy Ibn Dabakh, qui agit au nom du Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, et de tous les membres de la famille de Mame Maodo, a tenu son traditionnel point de presse pour faire le point sur les préparatifs de la commémoration de cedit évènement religieux. Une occasion pour le fils de «Dabakh» d’insister sur la cohésion et la stabilité sociale au Sénégal. Il lance un appel, au nom du Khalife général des Tidianes, à tous les acteurs politiques, sociaux, syndicaux et citoyens de manière générale, à «la sérénité, la lucidité, la retenue, la concertation, sur toutes les questions d’intérêt général, parce qu’aujourd’hui», souligne-t-il, «le pays vit un moment très difficile avec ses crises multiformes».
Il remarque qu’aujourd’hui «l’heure est assez grave pour que toutes les autorités, toutes les confréries, toutes les religions puissent, à l’unisson, faire des prières pour qu’il y ait entente, la retenue, la cohésion nationale», parce que, dira-t-il, «si nous allons vers des dérives, personne n’y échappera». Serigne Sidy Ahmed Sy ajoutera : «Ce gamou se tient dans un contexte particulier, où le front social est en ébullition, le front politique également, où il y a une rupture du dialogue entre les acteurs, des grèves cycliques dans tous les secteurs, aussi bien de l’Education, de la Santé que de la Justice.» Et dira-t-il, «comme le faisait notre père El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh et ses illustres frères, des prières seront formulées pour toute la Nation sénégalaise, mais aussi pour toute la sous-région, lors du gamou, qui sera célébré, ce samedi, pour une stabilité, la paix sociale, la cohésion sociale».
Serigne Sidy Ahmed Sy «Dabakh» n’a pas manqué d’informer que compte tenu de la dimension socio-économique du gamou, «Diacksao aujourd’hui, a eu à bénéficier de beaucoup de structures sociales de base notamment une route bitumée, électrification, adduction en eau potable». Mais, remarque-t-il, «avec la démographie galopante, les besoins se sont accrus. A commencer d’abord par l’hydraulique, puisque le seul forage qui existe aujourd’hui dans la localité a été inauguré le 23 décembre 1983 par feu Samba Yélla Diop, ancien ministre de l’hydraulique sous le régime du Président Abdou Diouf».
Il indique qu’aujourd’hui, en 2018, 35 ans après, c’est un truisme de dire que la demande dépasse de très loin l’offre. D’où l’urgence pour Fass-Diacksao, souligne-t-il, de «disposer d’un deuxième forage pour pourvoir ses populations en consommation d’eau potable, et nous avons bon espoir parce que les autorités en charge de ce dossier ont transmis à  qui de droit, et dans le cadre du Pudc, nous osons espérer que d’ici la prochaine édition du gamou, ce second forage sera une réalité». Il poursuit que «dans le domaine de la santé, certes nous disposons d’un poste de santé à Fass Diacksao, avec un  infirmier chef de poste, mais il y a de l’espace pour abriter une maternité que souhaiteraient avoir toutes ces femmes qui, à chaque fois, vont jusqu’à Pire pour accoucher, ce qui fait qu’aujourd’hui c’est une demande pressante de toute la famille Sy, pour que Fass-Diacksao puisse disposer d’une maternité fonctionnelle et équipée». Et à ce niveau, le marabout a sollicité encore l’aide de l’Etat et de tous les autres partenaires, les fondations, les Ong et les bonnes volontés qui peuvent accepter cette demande. «Nous demandons aussi une ambulance médicalisée parce que Fass-Diacksao dépend de la commune de Koul qui est composée de 105 villages et à ce jour nous ne disposons que d’une seule ambulance réformée qui est basée à Koul.»
Pour l’éclairage, Serigne Sidy Ahmed a demandé que d’autres villages environnants, dans le cadre de l’Aser, de l’électrification rurale, puissent en bénéficier. Pour ce qui est des pistes de désenclavement, surtout par rapport aux villages très enclavés, le marabout salue les efforts de l’Etat dans le cadre du Pudc, mais ne manque pas de demander aussi que «ces villages puissent être raccordés».
Le marabout est revenu aussi sur les mesures de sécurité, de précaution, de prévention routière. Par rapport aux évènements douloureux,  viols, meurtres et rapts d’enfants, Serigne Sidy Ahmed tient à demander «à tous les citoyens, à tous ces auteurs d’actes ignobles, criminels, de savoir raison garder et de retourner à Dieu».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here