PARTAGER

Pour apologie du terrorisme, le jeune étudiant en Maths et physique de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad), Ousseynou Diop, croupit en prison depuis 3 ans. La jeunesse de son quartier natal, Médina Fall, s’inquiétant de son sort, s’est retrouvée autour d’un collectif pour plaider sa cause afin qu’il puisse bénéficier d’un procès ou soit libéré. Le porte-parole du jour, Khar Sène, souligne : «Nous ne demandons pas la clémence car nous n’avons pas la certitude qu’il n’est pas mêlé à ces histoires. C’est pourquoi, ce que nous voulons c’est qu’il soit jugé après plus de trois ans de détention ou qu’il soit purement et simplement libéré.» Et d’indiquer : «Oussey­nou Diop a eu à adresser des correspondances à toutes les autorités, pour demander pardon, après avoir commis une erreur de jeunesse et pour qu’il puisse reprendre ses études à l’Université, mais en vain. Il a aussi eu à émettre le souhait d’être doté d’un brassard électronique, pour pouvoir poursuivre ses études et là encore, aucune suite favorable n’a été accordée à sa requête.» Sène pense qu’«il ne s’agit pourtant que d’une erreur de jeunesse qui peut arriver à tout le monde car personne n’ignore cette relation étroite qui existe entre les réseaux sociaux et la jeunesse, qui s’amuse à poster tout sur son mur».
D’après Khar Sène, «Oussey­nou Diop n’a jamais eu un quelconque contact avec les fossoyeurs de la paix. Il s’y ajoute que son casier judiciaire est vide et il ne détient même pas de passeport». Et de confier : «Dans le plan d’actions qui est en train d’être déroulé par le collectif, figurent des visites auprès des guides religieux de Touba et Tivaou­ane.»
La mère du jeune étudiant, Aminata Sall, ayant craqué avant de fondre en larmes, dira que  «jamais mon fils n’a posé un acte pouvant être assimilé au terrorisme et il a demandé pardon». Elle s’en remet à Dieu et demande la clémence de la justice.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here