PARTAGER

Puis-je m’adresser plus particulièrement à ceux qui sont élus pour représenter chacun d’entre nous. A vous qui portez notre voix, je m’adresse à vous.
Vous devez comprendre que la démocratie et l’Etat de droit sont des acquis que notre pays à l’obligation de préserver. Vous devez prendre conscience que votre institution constitue un des piliers de la démocratie.
Je ne pourrais assez insister sur l’importance de votre apport et de votre rôle au renforcement de la démocratie et de notre foi aux Lois de notre pays.
C’est pourquoi, j’en appelle à vous, pour demander la levée de la mesure de détention préventive qui pèse sur votre collègue, le député Khalifa Sall, privé de sa liberté depuis bientôt 8 longs mois.
Vous êtes législateur en notre nom. Vous êtes ceux qui matérialisent notre volonté, la volonté générale. La loi est votre guide, le Droit est votre Coran et votre Bible.
La règle de droit doit être votre point de repère. C’est cette même règle de droit qui vous permet, au travers les articles 51 et 52 de «votre constitution», le Règle­ment intérieur de l’Assemblée nationale, à demander la levée de la détention préventive qui maintient le député Khalifa Sall en prison.
C’est au nom de ce règlement que vous devez demander sa mise en liberté, sans obstruction aucune au bon fonctionnement de la justice. Vous devez être guidés dans cette décision par le fait qu’un principe fondamental de droit doit être respecté, la présomption d’innocence et par solidarité avec un collègue en difficulté.
D’ailleurs, sa mise en liberté provisoire ne peut nuire aucunement au fonctionnement de la justice dans cette affaire, étend entendu que vous députés, avez la possibilité de lever dans le futur, l’immunité du député Khalifa Sall, afin qu’il se présente devant un Tribunal.
Si nous nous en tenons aux seules considérations objectives, chacun sait que Monsieur Khalifa Sall, maire de Dakar, présente toutes les garanties pour pouvoir se présenter devant un juge, le jour de son procès. Lors des élections législatives de juillet dernier, le Peuple Sénégalais a décidé, en toute souveraineté de renforcer cette garantie, en l’élisant député.
Je tiens aussi à vous rappeler chers députés, que le droit, c’est ce qui nous protège tous. C’est cet outil formidable qui est le garant de notre contrat social. C’est grâce aux lois que nous pouvons éviter la guerre de tous contre tous. Et, c’est pourquoi son application mérite d’être faite avec intelligence sans faiblesse et fermeté sans excès.
Une démarche positive de notre Assemblée nationale qui aboutirait à une libération de Khalifa Sall, ne sera que salutaire et ne fera que grandir cette chambre des députés. Elle prouvera que vous savez prendre de la hauteur, et l’Etat de droit en sortira toujours plus renforcé.
Lorsque la loi vous donne un bon droit, prenez-le en toute responsabilité.
Pape Bocar DIALLO
Diplômé en Droit et Science Politique
Spécialisé en Conduite et Evaluation des Politiques Publiques
bdiallob@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here