PARTAGER

Mamadou Lamine Koné pourrait perdre le réseau pour 2 ans encore. L’ancien directeur commercial d‘Orange Guinée, condamné à 3 ans ferme en première instance, pourrait voir sa peine réduite si le juge suit les réquisitions du Parquet général. Comparaissant pour blanchiment d’argent et complicité de ce chef, le prévenu et son épouse seront édifiés le 30 janvier prochain.

L‘ex-directeur commercial d’Oran­ge Guinée et son épouse ont été condamnés en première instance pour blanchiment de capitaux et complicité. Si Mama­dou Lamine Koné purge actuellement sa peine, ce n’est pas le cas de sa femme qui, malgré sa condamnation, continue à jouir de sa liberté. Ayant comparu libre devant le premier juge, Mame Awa Niang ne s’est pas vue décerner un mandat de dépôt. Néanmoins, le couple Koné faisait hier face au juge de la Cour d’appel pour «se blanchir». C’est suite à un rapport de la Centif qu’il est apparu des soupçons de blanchiment de 800 millions de francs imputables à M. Koné. Sentant l’étau se resserrer autour de lui, M. Koné, sans crier gare, a emprunté le chemin de l’émigration en se rendant d’abord à Freetown d’où il a pris le vol pour le pays de l’Oncle Sam. «Quand il y a eu un litige qui a révélé dans la transaction des manquements estimés à 800 millions, j’ai préféré partir aux Etats-Unis», a-t-il confessé devant le juge.
Toutefois, cette fuite en avant ne l’exonèrera pas, car les enquêteurs de la Centif ont pu révéler qu’il a eu à faire une cascade de transferts de sommes d’argent dans les comptes de ses deux épouses. Dans le compte de sa première épouse Mame Awa Niang, il a fait des virements de 17 millions, 11 millions, 3 millions, entre autres. Au total, il a été trouvé dans le compte de la dame la somme de 96 millions de francs. Quant au compte de sa coépouse Mame Ndella Mbodji, il était alimenté à hauteur de 144 millions. Malgré toutes ces im­portantes sommes qui ont transité dans les comptes de ses épouses, il ne restait plus que 140 mille francs dans le compte de Mame Awa Niang et 264 mille 880 francs dans celui de Mame Ndella Mbodji.
Les résultats des enquêteurs ont permis aussi de révéler que Mamadou Lamine Koné a reçu d’importantes sommes d’argent. Il a reçu plusieurs versements le même jour de la part de Mamadou Diallo. Il est fait aussi mention dans le rapport de l’enquête qu’il a reçu de la part d’un certain Thierno Alpha Ba, établi en Côte D’Ivoire, la somme de 50 millions de francs.
Devant la barre, l’ancien directeur commercial d’Orange Gui­née a argué avoir quitté la Guinée pour des raisons humanitaires en 2011. A l’en croire, il gagnait suffisamment sa vie. Mais en plus des primes qu’il bénéficiait, il avait, dit-il, mis en place une société avec des amis qui lui permettait d’avoir d’autres revenus. Et c’est avec ces revenus qu’il a pu acheter une maison, un bus, des terrains. Il avait en outre un projet d’acheter une maison avec ses épouses. La dame Mame Awa Niang avait donné 16 millions et Mame Ndella Mbodji 27 millions et lui 4 millions pour l’achat d’une maison à Ouakam. «Mais finalement, nous avons renoncé à l’achat de cette maison», indique-t-il, en précisant avoir aidé son épouse Awa Niang à faire du commerce.
Reprochée d’avoir porté assistance à son mari, Awa Niang reconnaît que 96 millions ont bien transité dans son compte mais, selon elle, c’est son époux qui déterminait l’utilisation de cet argent. Elle s’en était servie, explique-t-elle, pour l’entretien de la maison, la scolarité des enfants, son commerce et l’assistance des parents. Ce qui l’amène à dire qu’elle avait des difficultés pour rattacher cela à une activité illégale. Selon l’avocat de M. Koné, il est difficile d’asseoir le caractère illicite de ces fonds en se fondant sur le rapport de la Centif. A en croire Me Daff, on ne peut pas opposer ce rapport à Koné et à ses épouses. D’ailleurs, pense l’avocat, il est difficile de fonder une conviction sur ce rapport où leur client n’a pas été entendu.
Rappelant que Koné a été poursuivi par Orange Guinée pour abus de confiance et escroquerie, on ne peut pas dire qu’il s’est livré à un blanchiment, remarque-t-il, en plaidant la relaxe ne serait-ce qu’au bénéfice du doute ou lui faire une application bienveillante de la loi.
Défendant les intérêts de Mame Awa Niang, Me Ndéné Ndiaye trouve que sa condamnation procède d’une erreur. Sa cliente, précise-t-il, n’a jamais été en Guinée, contrairement à sa coépouse qui a bénéficié d’un non-lieu. Il demande de la renvoyer des fins de la poursuite. Un avis que ne partage pas l’avocat général qui a requis 3 ans contre le mari et 2 ans contre l’épouse, après avoir demandé d’infirmer le premier jugement.
Mamadou Lamine Koné travaillait à Orange comme agent commercial. Mais à la faveur d’une promotion, il a été nommé directeur commercial à Orange Guinée. Pour ce poste, il était rémunéré à hauteur de 2 millions 100 mille francs, en plus des indemnités et avantages. Mais suite à un rapport de la Centif, il a été arrêté pour blanchiment d’argent à hauteur de 800 millions de francs. Il sera édifié sur son sort le 30 janvier.

justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here