PARTAGER

Condamné en 2017 à deux ans dont 6 mois de prison ferme dans l’affaire du meurtre du jeune Ndiaga Diouf, Barthélemy Dias était absent hier au procès en Appel. Tout comme ses avocats et ses co-prévenus. Le juge de la Cour d’appel en charge du dossier a renvoyé l’affaire au 16 janvier 2019 pour citation des parties au procès.

Par Mamadou SAKINE

Le 16 Janvier 2019, Barthé­lemy Dias va comparaître dans l’affaire du meurtre du jeune Ndiaga Diouf, tué en 2011. Le dossier a été renvoyé hier par le juge de la Cour d’appel pour un retour de citation. La requête a été formulée par Me Mbaye Sène, seul conseiller du maire de Mermoz Sacré-Cœur à être présent. Selon Me Sène, aucune des deux parties n’a reçu une citation à comparaître. Raison pour laquelle, ni Barthélemy Dias, ni ses co prévenus, encore moins les avocats n’ont effectué le déplacement. Il fallait s’attendre à ce scénario auquel la Cour a fait face. «Nous ne sommes pas concernés. Parce que notre client n’a pas reçu de citation à comparaître. Donc, il est censé ignorer cette audience», avait déclaré Me El Hadji Diouf il y a quelques jours. En revanche, Me El Mamadou Ndiaye assurait : «Nous sommes prêts parce que nous l’avions plaidé en première instance. Ce que nous déplorons par moments est que les procédures ne soient pas respectées. Mais si naturellement on suit le cours des choses normales, nous serons là le 14 novembre (hier). Et puis, nous pourrons plaider si le dossier est en état.»
En 2017, Barthélemy Dias a été condamné à deux ans de prison dont six mois ferme, pour coups et blessures volontaires et détention illégale d’arme. Une peine qu’il avait purgée durant sa détention provisoire en 2012. Les faits remontent à 2011 lors des manifestations contre un troisième mandat de Me Abdoulaye Wade. A l’époque, il n’avait pas hésité de dégainer son pistolet 9 mm sur des nervis du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui avaient encerclé sa mairie. Ainsi c’est dans ces circonstances que l’un des assaillants, Ndiaga Diouf, avait retrouvé la mort.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here