PARTAGER

Le khalife général des Khadres, Serigne Bécaye Al Kountiyou, s’est indigné ce samedi, lors de la ziarra de la communauté khadriya à Ndiassane, du débat qui a suivi les révélations de Bbc sur le pétrole et le gaz. Il a demandé à la classe politique de ne pas brûler le pays.

Le discours du khalife général des Khadres au cours de la ziarra de la communauté khadriya à Ndiassane sent le pétrole et le gaz. Serigne Bécaye Al Koun­tiyou, par la voix de son porte-parole Serigne Abdourakhmane Kounta, demande à ceux qui s’agitent depuis les révélations de la Bbc, selon lesquelles le frère du Président, Aliou Sall, aurait bénéficié de pots-de-vin dans le contrat Petro Tim, de ne pas brûler le pays. «Le pétrole est certes une bénédiction, mais il a déjà mis le feu dans beaucoup de pays au monde. Et Serigne Bécaye ne souhaite pas le même sort aux Sénégalais. Les populations sénégalaises ne doivent pas accepter qu’une telle situation ne se produise dans ce pays parce que le Sénégal est un pays de paix et de concorde», a dit l’autorité religieuse des Khadres qui demande ainsi aux citoyens sénégalais de «faire très attention en débattant sur le sujet et de se calmer». Car, laissera entendre le khalife général des Khadres, «si ce débat-là autour du pétrole n’est pas géré dans la paix et pour l’intérêt du pays, cela peut avoir des conséquences graves sur le Sénégal». Il invite ainsi la classe politique, qui s’agite autour de la question, «d’épargner le pays de cette situation et de travailler ensemble pour l’intérêt des Sénégalais». Il prêche : «Il faut qu’ils (les politiciens) sachent que le pays et ses ressources naturelles appartiennent au Peuple sénégalais. Donc, il n’est pas question que cette polémique entre eux vire au drame pour mettre le feu dans ce pays. Aucun citoyen n’a le droit de brûler ce pays.» Ainsi, il demande aux deux parties, pour «l’intérêt général», à «se mettre autour d’une table pour discuter du problème afin de le régler». De l’avis du religieux, «le Sénégal est un pays de paix, de valeurs et de tolérance».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here