PARTAGER

Hier, la Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Dakar a jugé l’affaire opposant la Sénégalaise de l’automobile et son ancienne caissière, Mariame Dieng Thiam.

En 2011, Mariame Dieng Thiam a été condamnée en première instance à une peine d’un mois de prison ferme pour détournement. Elle avait été sommée également de payer la somme de 35 millions de francs Cfa de dommages et intérêts à la partie civile. Hier, l’affaire a été jugée à nouveau en appel au Tribunal de grande instance de Dakar. Ancienne caissière à la société la Sénégalaise de l’automobile, la prévenue a été traduite devant dame justice pour détournement portant sur un montant de plus de 32 millions de francs Cfa. En effet, Me Leyti Ndiaye, qui avait remporté la première manche de cette bataille judiciaire, a sollicité la confirmation par la Cour du jugement antérieur. Il a aussi demandé la condamnation de la mise en cause aux dépens en fixant la durée de la contrainte par corps. Me Ndiaye estime que la demande en appel est «mal fondée».
Alors, le représentant du Parquet général a également requis la confirmation de la décision rendue par le juge de la première instance qui avait en charge le dossier.
C’était en effet la disparition des 3 millions de francs Cfa d’un client du nom de Bassirou Ndiaye qui avaient été versés à Mariame qui est le point de départ de la détérioration des relations entre les collaborateurs d’hier. En tant que caissière, Mme Thiam était censée reverser cet argent à la caisse principale. Chose qu’elle a reconnu à la barre n’avoir pas effectuée. Après une demande d’explications qui lui avait été notifiée à l’époque, elle a parlé d’erreur avant de rembourser la somme en question. C’est après cet épisode, dit-elle, que la Séné­galaise de l’automobile l’a con­trainte à la démission. Après son départ, l’entreprise mène un audit qui a conclu à une «découverte d’un détournement de 32 millions de francs Cfa».
Selon toujours les responsables de la société, les traces des carnets n’ont pas été retrouvées après. «J’ai laissé tous ces carnets là-bas. Je ne reconnais pas les faits. Je n’ai jamais été mêlée à une affaire de détournement d’argent», s’est défendue Mariame Dieng Thiam.
Dans sa plaidoirie, l’avocat de la partie civile a déclaré être «absolument certain que cette dame a volé l’argent de la Sénégalaise de l’automobile. Elle a été d’abord prise en flagrant délit de vol. Ce sont de simples constatations des écritures de la dame qui ne sont pas contestées, c’est elle qui a pris les carnets. Rendez l’argent !», a soutenu Me Ndiaye.
L’appelant, Me Ndiaga Sy a plaidé l’infirmation de la première décision. L’avocat de Mariame Dieng Thiam a demandé le renvoi de sa cliente des fins de la poursuite sans peine, ni dépens. Il est revenu sur certains éléments de cette affaire. Il s’agit de l’incinération avant l’ouverture du procès du «stock de carnets vierges pour que les gens ne puissent pas les réutiliser», selon les explications du directeur administratif et des ressources humaines. «Il s’agit d’une coïncidence trop troublante. Il y a eu passation de services avant son départ et aucune remarque n’a été faite contre elle» a rétorqué Me Sy. L’affaire est mise en délibéré au 26 mars prochain.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here