PARTAGER

Omar Sylla n’avait pas dit la vérité devant la Chambre criminelle. Mais il ne s’en était pas sorti parce que la justice l’avait condamné à la prison à perpétuité pour tentative de vol et meurtre. Interjetant appel dans l’espoir de voir sa peine revue à la baisse, l’accusé a décidé de rétablir la vérité. «Je reconnais tout, sauf les blessures. Je présente mes condoléances à la famille de Sangué. Je pense que c’est le destin et que Dieu a voulu que main soit celle qui a tué la victime. Je prie pour le repos de son âme. Je n’étais pas entré dans la maison pour commettre un vol. Je venais du bar Saldia où j’avais eu un problème avec des gens qui m’ont poursuivi. Quand je suis entré dans la maison, j’ai vu Sangué venir vers moi et je lui ai poignardé, puis j’ai jeté le couteau et je suis parti», a-t-il confessé. Il poursuit : «J’étais dans le couloir et j’ai entendu quelqu’un me prendre par derrière en criant au voleur. Je l’ai poignardé avec le couteau que j’avais pris dans la cuisine quand je suis entré dans la maison.» Le juge ne s’est pas privé de lui rappeler que ces déclarations sont contradictoires avec celles qu’il avait tenues devant les enquêteurs et le juge d’instruction. «Mes premières déclarations à la police et devant le juge d’instruction étaient des conseils reçus de mes codétenus en prison. Mais aujourd’hui, je suis là pour dire la vérité», s’est-il défendu. Mais ce n’est pas l’avis de la mère de la victime. «Il avait escaladé le mur pour accéder à la maison. Quand je suis sortie, j’ai vu mon fils par terre. Il voulait escalader à nouveau le mur pour se sauver. Je me suis accrochée à lui et il m’a occasionné une blessure. Voilà ma blessure et mon certificat médical. Il a tué mon fils unique», rappelle Mme Dia. A en croire cette dame, c’est l’accusé qui a amené avec lui le couteau qui a servi à tuer son fils. «C’est un couteau pointu. Il avait un sac et une corde. Quand il est entré chez nous, il a rassemblé tous les bagages. Et quand mon fils a crié au voleur, il lui a poignardé», a-t-elle déclaré pour rétablir sa vérité des choses. Le Parquet général est convaincu que l’accusé est coupable. Il a requis la confirmation malgré la volonté de l’accusé de dire la vérité. Alors que l’avocat de la défense a demandé qu’il lui soit accordé le bénéfice de la bonne foi.
L’accusé Omar Sylla a été jugé le 7 mars dernier pour tentative de vol et meurtre. Pour ces motifs, il a été condamné à la prison à perpétuité et à payer la somme de 10 millions de francs à la famille de la victime.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here