PARTAGER
Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’assainissement

Pour correctement approvisionner la région de Dakar en eau potable, le gouvernement a lancé la construction de Keur Momar Sarr (Kms) 3 et une usine de désalinisation d’eau de mer. En attendant ces ouvrages, des solutions alternatives sont mises en place. C’est dans ce cadre qu’il a été inauguré hier les 2 réservoirs de Thiès. Ils font la jonction entre les 10 forages de Tasset et la future production de Kms3.

Le gouvernement du Sénégal attend définitivement régler le problème de l’accès universel à l’eau potable. Si la construction de l’usine de Keur Momar Sarr 3 est à la phase finale, les autorités n’ont pas attendu sa réception pour anticiper sur les éventuels problèmes liés à son exploitation. En effet, depuis un mois déjà, les deux réservoirs de stockage situés sur le point culminant de la forêt classée de Thiès tournent à pleine vitesse. D’une capacité de 10 mille m3 par jour chacun, ils ont été officiellement inaugurés hier par le ministre de l’Eau et de l’assainissement. Ainsi, ces réservoirs vont stocker l’eau issue de l’exploitation des 10 forages installés à Tasset pour l’injecter dans le circuit des régions de Dakar et Thiès. C’est une mesure d’urgence visant à partiellement résoudre le besoin en eau de la capitale. L’année prochaine, les 100 mille m3 de la première phase Kms3 vont y transiter.
«C’est un maillon essentiel du dispositif d’alimentation en eau potable de Dakar, Thiès et des localités voisines. Ils ont une capacité de 20 mille m3. Ils se trouvent à un carrefour hydraulique. Ils sont au croisement entre la conduite de transfert d’eau Tasset et celle de Kms3. La différence d’altitude facilite la distribution. Ils entrent dans le dispositif intégré à la demande en eau potable. Les 20 mille m3/jour produits à Tasset transitent par ces réservoirs. Dans un an, les 100 mille m3/jour de la première phase de Kms3 vont y transiter. Ces infrastructures apportent une solution immédiate avec la phase intermédiaire de Tasset et vont plus tard contribuer à apporter une solution durable avec la mise ne service de Kms3. Ils ont une durée de vie de 50 ans», a déclaré Serigne Mbaye Thiam. Le ministre de l’Eau et de l’assainissement a informé que l’ouvrage a coûté 18 milliards de francs Cfa. Il a aussi expliqué que ces ouvrages ont permis aux villages environnants d’être branchés sur le réseau urbain. «Nous avons veillé à ce que les villages environnants de Tasset soient branchés grâce à l’installation de bornes-fontaines à Palam Thioyane, Diass Palam et Bili Birame. Nous sommes en train d’étudier les modalités de décrocher certaines localités de l’hydraulique rurale pour les amener vers l’hydraulique urbaine afin de desservir les villages de Sangué, Dakhar Mbaye, Keur Baré Kayré, Touba Saam et Kayré Diender. Les ouvrages de connexion sont déjà prêts», a précisé Serigne Mbaye Thiam.
Plutôt dans la journée, M. Thiam a visité l’usine de «déferrisation» du Point K de Sébikotane. Cette infrastructure qui est en phase test a pour objectif d’améliorer la qualité de l’eau de la banlieue de Dakar. Elle va diminuer la teneur en fer que les forages de Sébikotane, Pout et Kirène produisent. Elle a coûté 5 milliards de francs Cfa. «Il y avait une quantité de fer et de manganèse qui dépassaient les normes. Cette station de ‘’déferrisation’’ permet de traiter 40 mille m3/jour. Cette station permet d’avoir un niveau de fer de 0.1 mg par litre, alors que la norme Oms est de 0,3 mg par litre. La teneur en manganèse avant la station était de 0,1 mg par litre. Après le traitement, il sera de 0,05 mg par litre», assure le ministre de l’Eau et de l’assainissement. L’usine va atteindre 1 500 m3 l’heure dans les jours à venir une fois la batterie de tests effectuée.
Serigne Mbaye Thiam a terminé sa visite par l’inauguration d’un château d’eau à Taaxum, commune de Malicounda.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here