PARTAGER

La Sénégalaise des eaux veut un meilleur approvisionnement en eau des fidèles lors du prochain Daaka de Médina Gounass. Pour cela, annonce son directeur général Abdoul Baal, 200 millions de francs Cfa sont mobilisés par la Sde pour construire un nouveau forage sur le site, en plus des bouches d’incendie et autres accessoires connexes.

La Sénégalaise des eaux veut jouer sa partition dans l’approvisionnement en eau des fidèles du Daaka, mais aussi des populations de Médina Gounass. Dans le cadre de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse), son directeur général, Abdoul Baal, en compagnie du ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement, Mansour Faye, du secrétaire d’Etat à l’Hydraulique rural, du directeur de l’Office des forages ruraux (Ofor) et de beaucoup d’autres personnalités, a procédé jeudi à la posé de la première pierre d’un nouveau forage sur le site du Daaka. D’un coût de 200 millions de francs Cfa, l’ouvrage va contribuer à un meilleur approvisionnement en eau des fidèles, annonce le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement qui a salué l’acte très «citoyen» de la Sde. Pour lui, suite à l’incendie noté au Daaka passé et qui a fait plusieurs pertes en vies humaines, il a été décidé à leur niveau d’apporter leur contribution au problème récurrent de l’eau. Pour cela, une enveloppe de 200 millions de francs a été dégagée pour construire un nouveau forage et des bouches d’incendie sur le site. «Nous venons de procéder à la pose de la première et dans quelques jours, les travaux vont démarrer», soutient le Dg Baal.
Ce qui fait dire au ministre qu’avant le Daaka prochain, tous les travaux seront terminés et le forage commencera à servir de l’eau. «Au plus tard, en fin mars prochain, l’ouvrage sera fonctionnel», rassure le maire de Saint-Louis qui a dirigé la délégation.
La réalisation de forage, la pose de canalisation et la mise en place de bouches d’incendie font partie de notre domaine de compétences, rappelle M. Baal. C’est pourquoi sa société est déjà à l’aise dans ces travaux de construction du forage qu’il veut «rapide, efficace et durable». «Nous ne voulons plus que des problèmes relatifs à l’approvisionnement en eau soient notés dans le futur au niveau du Daaka. Ce forage que nous ambitions de réaliser pourra, avec le concours des deux autres forages annoncés par l’Etat, mieux satisfaire la demande en eau des populations de Gounass et des pèlerins basés», indique le Dg.
Pour ce qui est du débit, assure le ministre, «c’est une fois les travaux terminés que nous pourrons le savoir». Cependant, «les études faites sur les lieux montrent qu’il y a suffisamment d’eau sur le site pour couvrir tous les besoins. Ce qui fait que les trois forages combinés permettront de régler les problèmes d’eau du Daaka». Déjà, au niveau de Médina Gounass, il y a un système d’adduction qui est déjà terminé et constitué d’un forage et d’un château d’eau. Et dès la semaine à venir, il sera procédé à un lancement d’appel d’offres pour la réalisation d’une unité de potabilisation toujours à Médina Gounass. Tout cela pour un meilleur approvisionnement de Médina Gounass et du site du Daaka en eau potable, explique Mansour Faye. C’est pourquoi d’ici le prochain Daaka, tout sera fin prêt pour qu’il n’y soit pas noté des problèmes d’approvisionnement en eau.
Pour ce qui est de l’assainissement, comme cela se fait dans le cadre de la modernisation des cités religieuses, il est prévu la réalisation de six, voire 12 édicules publics sur le site. Le khalife de la cité s’est ainsi réjoui de la visite du ministre Mansour Faye en compagnie du Dg de la Sde. «Ces travaux que vous allez entreprendre sur le site rencontrent ma bénédiction et celle des populations», martèle Thierno Amadou Tidiane Bâ.
 afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here