PARTAGER

Le ministre de l’Elevage et des productions animales qui visitait les principales zones d’approvisionnement en moutons dans la région de Tamba, s’est dit rassuré de l’évolution de la situation. Se félicitant des améliorations notées dans les préparatifs de la Tabaski, Samba Ndiobène Kâ a indiqué qu’à la date du 17 juillet, comparé à la même période l’année dernière, il y a une nette augmentation en termes d’entrée de moutons à Kidira. Si l’on se fie aux statistiques de l’année 2019, détaille M. Kâ, il y a une augmentation de plus de 25 mille moutons. Déjà, note-t-il, «au niveau du poste de Kidira qui est le plus important en matière d’entrée de petits ruminants dans le pays, ce 17 juillet, c’est-à-dire à J-13 de la Tabaski, on  est à 101 mille 750 têtes de mouton enregistrées contre un peu moins l’année dernière où seulement 76 mille têtes de mouton ont été enregistrées. On ne peut que s’en féliciter et prier pour que la tendance haussière puisse continuer. Ce qui permettra d’approvisionner correctement les différents marchés du pays et offrir la possibilité à chaque citoyen d’avoir un mouton». C’est pourquoi d’ailleurs il a tenu à rassurer les opérateurs qui travaillent à approvisionner les différents points de vente du pays, comme ceux qui veulent importer des moutons, qu’il leur sera accordé un accompagnement, surtout en ce qui concerne les taxes qui sont toutes supprimées durant la période de la Tabaski.
Toutes les mesures restrictives liées au contrôle des camions sont quasi levées pour que les opérateurs puissent convenablement fournir les marchés, a rassuré le ministre.
Toutefois, il a exhorté les mêmes opérateurs à se limiter au seul transport des moutons, car par endroits il a été appréhendé des opérateurs véreux qui, outre les bêtes, avaient dans les camions de la drogue. Les forces de défense et de sécurité de même que la douane sont assez outillées pour détecter ces infractions, précise-t-il.
Par ailleurs, le ministre a inauguré le marché au bétail de Gabou. Il s’est dit très satisfait de la réalisation de l’ouvrage. Ça démontre toute la volonté du gouvernement de promouvoir l’investissement en infrastructures pastorales, clame-t-il. Ce marché permettra de développer des transactions commerciales sécurisées. Outre l’aspect sécuritaire, il pourra être utilisé en rapport avec le comité de gestion dans des actions de parcage et d’identification des animaux, relève la tutelle. Pour une pérennisation de l’ouvrage qui a coûté 71 millions de francs Cfa, il a appelé les futurs gestionnaires à en faire un bon usage et procéder régulièrement à son entretien.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here