PARTAGER
Le ministre de l’Hydraulique Mansour Faye.

La Banque africaine de développement (Bad) a accordé hier, à l’Etat du Sénégal un prêt de 42, 637 milliards de francs Cfa, portant sur le financement d’une usine de traitement d’eau à Keur Momar Sarr (Kms.3) pour la réalisation du projet de renforcement, de l’alimentation en eau pour multi-usagers sur  l’axe Louga-Thiès-Dakar, à partir de la station de Keur Momar Sarr.

Dans le cadre de la maîtrise d’eau pour multi usages dans les régions de Louga, Thiès et Dakar, le ministre de l’Econo­mie, des finances et du plan, Amadou Ba, a procédé hier, à la signature d’un accord de prêt d’un montant de 42, 637 mil­liards de francs Cfa avec la Banque africaine de développement (Bad). Cela, pour réaliser «le projet de renforcement de l’alimentation en eau potable pour multi usages sur l’axe Louga-Thiès-Dakar», à partir de la station de Keur Momar Sarr (Kms.3), complétant le financement global du projet Kms.3  qui se chiffre à 272 milliards de francs Cfa, financé conjointement avec la Banque islamique de  développement (Bid), l’Agen­ce française de développement (Afd), la Banque européenne d’investissement (Bei) et la Banque mondiale.
Selon le ministre de l’Hydrau­li­que et de l’assainissement, Mansour Faye, le volet financé par la Bad concerne la pose d’une conduite de trans­port, la réalisation de réseau d’addiction d’eau  et de distribution, la construction de 3 réservoirs de distribution, la réalisation de branchement sociaux  ainsi que le développement d’un programme de sensibilisation  et de renforcement des capacités.  Pour au final, mobiliser 200 mille mètres cubes par jour et «ainsi apporter une réponse stratégique à la forte demande en eau de Dakar et des pôles urbains de Diamniadio et de Lac-Rose», a informé M. Faye.
L’appui va permettre, a en croire Amadou Ba, de couvrir à l’horizon 2025, les besoins en eau potable et industriel des régions de Louga-Thiès-Dakar, de renforcer l’alimentation en eau pour multi usages des zones ciblées, d’assurer l’équilibre financier des sous-secteurs de l’hydraulique urbaine.
Une fois mise en service, Kms3 va raccorder, d’après le ministre de l’Hydraulique, environ 610 mille personnes supplémentaires au réseau d’eau potable, de réduire les prélèvements des nappes souterraines en privilégiant les eaux de surfaces. Il va aussi permettre à l’Etat d’appuyer 20 mille producteurs et productrices de la zone (agriculteurs, maraîchers, commerçantes de fruits et légumes, etc.) dont 48% de femmes, à assurer le développement de leurs activités avec un accroissement de leurs revenus. Outre la dimension genre, Mansour Faye indi­que que Kms.3 consacrera également, un accès plus équitable à l’eau, grâce à la connexion des localités situées le long de la conduite.
Le représentant résident de la Bad au  Sénégal, Albert Nshim­yumuremy, de préciser que les bénéficiaires directs du projet sont estimés à 3 millions de personnes vivant dans les zones rurales environnantes du Lac de Guiers, dans les localités situées le long de la conduite de trans­port d’eau de l’usine de traitement, dans les zones de l’Aéro­port international Blaise Diagne (Aibd) de Dakar et du pôle urbain de Diamniadio.
Prenant la mesure des attentes, M. Faye a informé son bail­leur Albert Nshimyumuremy que toutes les études techniques de Kms.3 sont terminées et la phase de pré qualification des entreprises est bouclée et «les canalisations et les premiers marchés seront attribués d’ici la fin du premier trimestre de 2017». Par ailleurs, M. Faye a  annoncé que la mise en œuvre du plan de réinstallation de personnes affectées par le projet démarrera incessamment et qu’un dédommagement est prévu pour ces dernières  de même qu’un accompagnement spécifique pour les couches les plus vulnérables.
msfaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here