PARTAGER

Amorcer la relance de l’activité des Systèmes financiers décentralisés (Sfd) fortement éprouvée par la crise du Covid-19. C’est l’objectif du ministère de la Microfinance et de l’économie sociale et solidaire qui a, pour ce faire, mobilisé  une enveloppe de 800 millions de francs Cfa dont 500 du fonds  Force Covid-19 pour accompagner le secteur. Un bilan d’étape du programme a eu lieu jeudi lors de la visite de la commission de la préservation de la stabilité macro- économique du comité de suivi de Force Covid 19. «Nous sommes à un taux d’exécution d’à peu près 85% par rapport au programme d’appui sectoriel. Nous avons fait 11 régions pour des financements à hauteur de 700 millions de francs, les paiements se déroulent très bien par rapport aux porteurs de bons de subventions», a noté la ministre Zahra Iyane Thiam, faisant savoir que les régions de Diourbel,  Louga et Saint-Louis vont bientôt recevoir leurs parts. «Nous avons fait  en sorte que la résilience des activités  dans les régions soit répartie équitablement», a-t-elle  insisté.
Bocar Sy, président de la Commission de la préservation de la stabilité macro- économique, s’est félicité de l’exécution du programme dans ce secteur important de l’économie. «Nous étions venu pour voir s’ils ont réagi mais aussi pour préparer la relance.  Nous avons noté avec satisfaction une bonne prise en charge des acteurs qui ont déjà été clairement identifiés. L’objectif également  c’est de renflouer les Sfd (systèmes financiers décentralisés) pour qu’elles puissent prêter aux acteurs du secteur»,  a-t-il fait savoir, assurant aussi que sa structure va aider dans la réflexion pour que les autorités accordent plus de moyens au secteur de la microfinance. D’après l’enquête menée par le fonds d’impulsion de la microfinance (Fimf) et présentée lors de la rencontre, le remboursement de crédit est fortement impacté avec la crise. «72,2% des Sfd ont déclaré que les activités de recouvrement ont été suspendues et réaménagées», a expliqué le document de présentation, imputant le fait au respect des mesures édictées par l’autorité. «L’activité de production de crédit est suspendue pour 5,6% des Sfd, la collecte et l’épargne sont à l’arrêt pour 13,9% d’entre eux», a relevé dans la lancée le document.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here