PARTAGER

Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement (Bad) a approuvé mardi, à Abidjan, un financement de 62,83 millions d’euros, soit 41,21 milliards de francs Cfa au gouvernement du Sénégal, via la Délégation générale à l’entreprenariat rapide des femmes et des jeunes (Der/Fj), pour la mise en œuvre de la première phase de son Projet d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes (Pavie I).

Un appui de taille à la Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide pour les femmes et les jeunes (Der/Fj). Les conseils d’administration de la Banque africaine de développement (Bad) et du Fonds africain de développement (Fad) ont approuvé mardi, à Abidjan, respectivement des prêts de 32,03 milliards de francs Cfa et 9,18 milliards de francs Cfa, soit un montant total de 41,21 milliards de francs Cfa pour la mise en œuvre de la première phase du Projet d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes (Pavie I).
«Le Pavie vise à soutenir le gouvernement du Sénégal dans ses efforts pour la mise en œuvre du Pse, afin de créer des emplois décents pour les jeunes et les femmes à travers la promotion de l’entreprenariat», a expliqué Marie-Laure Akin-Olugbade, di­rectrice générale pour l’Afrique de l’Ouest, cité dans un communiqué.
D’une durée de 3 ans, le Pavie a été conçu, selon le document, «sur une approche par la demande et mis en œuvre en coordination avec le secteur privé, notamment les banques et les institutions de microfinance. Le projet consistera à financer les initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes sur toute l’étendue du territoire sénégalais, tout en apportant un accompagnement technique sur le plan métier et en matière de gestion d’entreprise».
«Au vu des résultats encourageants et prometteurs déjà atteints, la Der mérite d’être soutenue», a indiqué Serge N’guessan, directeur général adjoint pour l’Afrique de l’Ouest de la banque. «L’intervention de la banque permettra ainsi de renforcer l’approche de la Der basée sur la structuration des chaînes de valeurs agricole et artisanale pour avoir un effet multiplicateur sur l’emploi et la transformation digitale des entreprises accompagnées, en vue d’accroître davantage leur productivité et leur compétitivité», a-t-il ajouté.
A terme, note le communiqué de la Bad, «le projet doit financer plus de 14 mille initiatives entrepreneuriales et générer ou consolider environ 65 mille emplois directs et 89 mille emplois indirects ; soit au total 154 mille emplois dont 60% destinés aux femmes. En outre, seront formés plus de 27 mille entrepreneurs, dont plus de 15 mille femmes, alors que 2 200 entreprises bénéficieront d’un appui en matière de transformation digitale et 3 500 autres (dont 50% dirigés par des femmes) d’un soutien à la formalisation afin de sortir de l’informel».
Pour Adam Amoumoun, responsable pays par intérim pour le Sénégal, «ce projet se veut une réponse efficace et innovante au défi de l’emploi des jeunes et des femmes au Sénégal qui, comme tous les pays africains confrontés à ce défi, est à la recherche d’une solution soutenable et pérenne».
Le portefeuille actif de la banque au Sénégal, rappelle-t-on, «comprend 32 opérations, avec un engagement d’environ 1,84 milliards d’euros, soit 1 205 milliards de francs Cfa et composé de projets du secteur public national, de projets régionaux et d’opérations financées sur le guichet secteur privé».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here