PARTAGER

Trois années se sont écoulées depuis son incarcération en Arabie Saoudite suite à son extradition par le Royaume du Maroc. Alcaly Cissé, relaxé à Dakar des faits qui lui sont reprochés jusqu’à présent par la justice saoudienne, réclame en vain la protection diplomatique de son pays face à sa longue détention.

Il a débarqué le 10 mai 2014 en Arabie Saoudite, livré par les autorités marocaines suite à une demande d’extradition de la justice saoudienne. Alcaly Cissé demeure depuis 3 ans dans l’attente d’une issue favorable après une longue détention préventive qui a débuté le 28 septembre 2011, lors de sa visite au Maroc pour raisons médicales. Aujourd’hui, son avocat, Abdoulaye Tine, prend à nouveau l’opinion à témoin pour «dénoncer l’impuissance de la diplomatie sénégalaise» face au cas Alcaly Cissé et relève son peu de capacité à «se faire entendre et s’affirmer» devant son interlocuteur saoudien. Pour Abdoulaye Tine, son client est «maintenu artificiellement en détention pour des faits parallèles à l’affaire initiale» en dépit de la saisine dès 2015 du groupe de travail de l’Onu sur la détention arbitraire et de l’avis du rapporteur spécial de l’Onu sur les traitements inhumains. L’avocat dénonce en la matière «le viol du principe de spécialité». Du fait que l’affaire jugée à Dakar et son jugement au bénéfice de son client soit ignoré par Riyad, Abdoulaye Tine estime que défendre les droits de Alcaly Cissé, c’est «défendre l’intégrité et la sécurité de la justice sénégalaise». Par ailleurs, il persiste à réclamer auprès du gouvernement du Sénégal qu’«il exerce la protection diplomatique» pour son client compte tenu par ailleurs de son passé de dignitaire de l’ancien régime.
Alcaly Cissé est poursuivi pour des faits d’escroquerie par un homme d’affaires, sujet du royaume d’Arabie Saoudite.
bdavid@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here