PARTAGER

Amadou Touba Niane passe le témoin à Adama Ndiaye après avoir fait 5 longues années à la tête du Service régional de commerce de Diourbel. De 2015 à 2020, M. Niane a fait savoir que son équipe a versé près de 500 millions de francs Cfa de recettes au Trésor public.

Le régional du commerce de Diourbel, Amadou Touba Niane, quitte le Baol avec un sentiment du «devoir accompli» pour rejoindre le service commercial du département de Pikine à Dakar. A l’occasion de la cérémonie de passation de service tenue mardi, le commissaire aux enquêtes économiques sortant est largement revenu sur son bilan durant ces cinq années de service. «De 2015 à 2020, nous avons fait près d’un demi-milliard de francs Cfa de recettes. Lorsque je prenais service, le service départemental était à 1,785 million de francs Cfa de recettes et moins de 6 millions de francs Cfa au niveau régional. A ce bilan, il faut ajouter la crédibilité retrouvée dans le service. En 2015, le service versait entre 100 mille et 150 mille francs Cfa. Lorsque je suis arrivé, j’ai versé 5 millions comme premier versement. Le service est redevenu attractif. Certes, l’aspect financier est important, mais il faut noter qu’à Touba, il y a eu un net recul de la commercialisation de produits impropres dans le marché, surtout en période de Magal», a-t-il détaillé. A en croire M. Niane, «la région symbolisait un dépotoir de produits impropres à la consommation». Et poursuit-il, «généralement les commerçants mal intentionnés avaient l’habitude d’acheminer des produits impropres à la consommation à Touba surtout à l’occasion du grand Magal». En ce sens, il a fait remarquer que plus de 100 tonnes de produits impropres à la consommation ont été retirés des circuits de distribution. «Nous en sommes arrivés à ces résultats suivants : 57 millions en 2015, 67 millions en 2016, 105 millions en 2017, 82 millions en 2018 et 115 millions en 2019. Cela fait 426 millions de recettes, soit près d’un demi-milliard de recettes en cinq ans de présence», a-t-il déclaré.
Aussi, le commissaire aux enquêtes économiques sortant a précisé que sur l’ensemble des dossiers objet de contentieux, ils peuvent dire que toutes les transactions ont fait l’objet de quittance et versé au Trésor public. Par rapport au degré de pénétration du contrôle à Touba, M. Niane a souligné qu’ils ont travaillé en étroite collaboration avec les autorités religieuses pendant ces 5 dernières années à travers la sensibilisation et la communication. «En définitive, cette population a besoin d’une protection sanitaire au niveau de son pouvoir d’achat par le respect des prix. Elle (la population) a aussi le droit de recevoir de tous les opérateurs, l’information commerciale loyale transmise de façon juste et exacte», a-t-il ajouté. C’est pourquoi, souligne-t-il, dans le flot du circuit des produits retirés des circuits de distribution, ils ont toujours mis l’accent sur les infractions dénommées défaut de mentions obligatoires. Donc, se vante-t-il, «nous n’avons pas fait uniquement dans la répression, mais également dans la sensibilisation, puisque nous avons mis en place un bureau de facilitation qui n’existe nulle part ailleurs dans les services déconcentrés du Sénégal».
Pour sa part, le tout nouveau directeur du Service régional du commerce, Adama Ndiaye, est d’avis que son prédécesseur a abattu un travail exceptionnel dans la région de Diourbel. «Nous sommes tous des collègues et nous connaissons les résultats des uns et des autres dans toutes les régions. Je ne suis pas venu pour remplacer Amadou Touba Niane, mais plutôt pour lui succéder dans la continuité de son action. Il y a des gens que personne ne peut remplacer parce qu’ils laissent des vides que nul ne peut combler et M. Niane en fait partie», a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here