PARTAGER

La coalition originelle qui avait porté la candidature de Macky Sall à la Présidentielle de 2012 veut reprendre du poil de la bête. Pour beaucoup d’observateurs, Macky2012 est morte après la victoire de son leader. Cependant, les membres qui la composent refusent son enterrement. C’est pourquoi ils ont organisé, vendredi dernier, une rencontre pour la faire ressusciter. «Nous devons actualiser Macky2012 parce qu’il ne correspond plus à la réalité politique nouvelle, ni au contexte. Il faut l’adapter politiquement et lui trouver une dénomination qui sied aux missions nouvelles», a reconnu le ministre d’Etat, Mahmout Saleh, devant ses pairs comme Zahra Iyane Thiam, Mor Ngom, Me Moussa Diop, Ibrahima Sall, Jean-Paul Dias. Tour à tour, les uns et les autres ont tenté d’expliquer les causes de la dislocation de cette coalition. «Prétentions, ambitions démesurées, manque de solidarité entre les membres, manque d’organisation», les mots n’ont pas manqué pour décrire la situation chez les compagnons de première heure de Macky Sall. Pour calmer les ardeurs, Mahmout Saleh a demandé à ses camarades de tourner cette page. «Ayons la grandeur d’esprit d’oublier ce qui s’est passé hier, et ne prêtons à personne des intentions qu’il n’a pas. Donnons-nous les moyens et prenons le temps de nous inscrire dans un processus de reconstitution de l’unité. Reconstituer Macky2012, c’est tendre la main à tous ses enfants sans exception, le reconstituer, l’ouvrir, l’élargir», a-t-il indiqué.

Jean-Paul Dias : «J’espère qu’il y aura des gens de Macky2012 dans le prochain gouvernement»
C’est ensuite au tour de Jean-Paul Dias d’ajouter : «Nous avons accepté de dépasser les malentendus, les incompréhensions. Nous avons compris qu’il y a des choses qui sont nées de nous-mêmes. Par exemple, il a été indiqué que ceux qui, parfois, ont été promus ont oublié d’où ils venaient. J’espère que dans le prochain attelage (gouvernemental), il y aura des gens de Macky2012. Ce n’est pas du chantage, c’est de la réalité. Et je souhaite que ceux-là, cette fois-ci, n’agissent pas de la même façon.»
Et dans une déclaration commune, les alliés du Président se sont engagés à mettre en place un comité paritaire, chargé de réfléchir sur les modalités pratiques du fonctionnement de la nouvelle entité. En effet, la coalition compte apporter davantage son soutien à son leader dans les futures batailles électorales. «En 2024, n’importe comment, il se passera quelque chose. Et à ce moment-là, le Président aura besoin de ceux qui ne reculent pas, de ceux qui sont fidèles, de ceux qui sont loyaux. En 2024, nous serons autour du Président mais pas derrière lui», a garanti le patron du Bloc des centralistes Gaïndés (Bcg).
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here