PARTAGER

Pour avoir grugé l’adjoint au maire de la ville de Touba, le prévenu, Mohamed Goudiaby, a été condamné hier à 2 ans dont un an ferme. Il doit lui payer la somme de 11 millions de dommages et intérêts et 7 millions à une autre victime.

Victime d’escroquerie portant sur la somme de 10 millions de francs Cfa, l’adjoint au maire de Touba est aujourd’hui soulager après la condamnation de son «escroc». Mohamed Goudiaby a été reconnu coupable des délits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie. Il a été condamné par le juge des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar à 2 ans dont 1 an d’emprisonnement ferme. Pour toute cause et préjudice subis, El Hadji Fallou Ndiaye va recevoir le montant de 11 millions de franc Cfa de dommages et intérêts. A la barre, le natif de la ville mouride est largement revenu sur les circonstances dans lesquelles il a été roulé dans la farine par le mis en cause. Un jour, dit Fallou, il a été contacté par téléphone par le sieur Goudiaby. Celui-ci s’est présenté comme étant son ancien camarade de classe. Après son interlocuteur lui dira qu’il est maintenant basé au Canada après sa formation en médecine en Turquie. D’après le plaignant, au cours de la conversation, M Goudiaby lui a proposé le business de graines de bourrache. Un produit qui serait trop prisé en Europe, lui a-t-il fait comprendre.
Pour gagner sa confiance, M. Ndiaye apprend qu’il a eu des discussions par téléphone avec d’autres personnes dont des soi-disant Canadiens qui seraient intéressés par la revente du produit. A Mbour où ils se sont donné rendez-vous, il a remis la somme de 10 millions à Mohamed Goudiaby. Mais c’est sa femme qui s’est rendue au marché Tiléne avec le produit, qui a découvert que son époux a été victime d’une arnaque. Le même coup a été tendu au marabout, Serigne Lamine Bara Mbacké. Un marché de 17 millions de francs Cfa a été conclu entre lui et la bande. Heureusement pour lui, la victime El Hadji Fallou Ndiaye était au courant. Alors en collaboration avec la Section de recherche de la gendarmerie, une stratégie a été vite mise en place pour les démasquer. Venu récupérer l’argent du guide spirituel, Mohamed Goudiaby a été arrêté à Diamniadio. Devant le juge, le prévenu n’a pas été trop bavard. Il a reconnu avoir grugé l’autre partie civile, El Hadji Amadou Niang, de 6, 5 millions de franc Cfa. Là aussi, c’est le même modus operandi qui a été utilisé. C’est pourquoi, le Tribunal l’a condamné à payer à M. Niang 7 millions de francs Cfa tout en fixant la contrainte par corps comme pour l’autre. «C’est Ismaïla qui a joué sur ma conscience», avance-t-il comme moyen de défense pour se tirer d’affaire. Cependant pour le cas de El Hadji Fallou Ndiaye, le prévenu n’a pas reconnu les faits. Il dit n’avoir jamais rencontré M. Ndiaye. Mais pour l’avocat de ce dernier, «il y a bien eu remise si on voit les déclarations et les témoignages faits à la police. Mon client a subi un préjudice moral incommensurable mais aussi un préjudice matériel». Et il a réclamé 16 millions 500 mille en guise de dommages et intérêts.
En écho, le procureur dira que «cette remise ne peut pas être contestée. Ce n’est pas des faits nouveaux. C’est une vraie bande organisée. Chaque partie à un rôle à jouer et à chaque fois, c’est le maillon faible qui est arrêté». Pour lui, les faits d’association de malfaiteurs ne souffrent d’aucune contestation et pour l’escroquerie, les manœuvres frauduleuses sont constituées. Il a requis 5 ans de prison ferme. Mais pour la défense, la preuve de la remise des 10 millions n’a pas été apportée. Par conséquent, elle a demandé à ce que Fallou Ndiaye soit débouté de sa constitution de partie civile. Et pour l’autre cas, elle a plaidé l’application bienveillante de la loi pénale.

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here