PARTAGER

Après le drame survenu à l’île de la Made­leine et qui a coûté la vie à 4 personnes, le ministre de l’Envi­ron­nement et du développement durable a pris la décision de fermer le site aux visiteurs. En conférence de presse hier, Abdou Karim Sall a fait savoir que cette mesure est prise pour revoir les conditions de transport, d’arrivée, d’accostage et aussi le matériel utilisé. Le ministre a aussi annoncé une enquête administrative pour situer les responsabilités.

«A compter d’aujourd’hui (Ndlr : hier), le site sera fermé aux visiteurs jusqu’à ce que toutes les conditions de sécurité soient réunies.» C’est l’annonce faite par le ministre de l’Environnement et du développement durable hier, suite au drame survenu lundi sur l’île de la Madeleine. Selon Abdou Karim Sall, la fermeture de l’île aux visiteurs est la conséquence des mesures qui vont être prises. Il s’agit, d’après lui, de revoir les conditions de transport, le matériel utilisé, les conditions d’arrivée et d’accostage sur l’île. Dans la foulée, il annonce une visite sur le site pour une meilleure analyse de la situation. Revenant sur le chavirement de la pirogue dans cette île qui a fait 4 morts, Abdou Karim Sall a soutenu que les opérations de sauvetage se sont passées dans de bonnes conditions. S’agissant des conditions de transport pour les visiteurs, le ministre a nié qu’il y ait eu surcharge même si la pirogue a une capacité de 40 personnes, alors qu’au moment du drame il y en avait 41 dans l’embarcation. Quid de l’état de la pirogue ? Sur ce point, M. Sall a fait savoir qu’elle fonctionnait avec un moteur neuf, acheté en janvier dernier. Il a ainsi réfuté les propos selon lesquels la pirogue n’était pas aux normes. Concernant les conditions météorologiques qui n’étaient pas favorables le jour du drame, le ministre a tenu à apporter des précisions. A en croire Abdou Karim Sall, les gens qui souhaitent visiter l’île partent le matin, c’est eux qui disent l’heure à laquelle les services du parc viendront les chercher pour les ramener sur la terre ferme. Pour ce qui s’est passé lundi dernier, M. Sall informe que c’est vrai qu’en consultant le bulletin météo, le conservateur du parc s’est rendu compte qu’il y aurait des perturbations. Aussitôt, il a demandé aux éco-gardes de se rendre sur l’île pour ramener les visiteurs. D’après lui, c’est quelques minutes après leur départ de l’île que les choses sont arrivées. Une version qui est différente de celle écrite dans le texte liminaire distribué à la presse, lors de cette conférence de presse. Dans le document, il est écrit : «Aux environs de 16h, le conservateur du parc des îles de la Madeleine qui constate que le ciel est menaçant a instruit les éco-gardes à aller chercher les visiteurs présents au niveau du site.» En aucun moment, il n’est mentionné dans le texte un quelconque bulletin météorologique. La suite est connue : «La pirogue, une fois sur place, a pu embarquer l’ensemble des visiteurs présents sur l’île. Quelques minutes après, il a commencé à pleuvoir. Prise par un puissant tourbillon, mêlé à l’agitation de la mer, la pirogue a chaviré.»

Une pirogue d’une capacité de 40 personnes qui avait à son bord 41 personnes
Faut-il s’attendre à des sanctions ? Pour cela, il faudrait espérer que les responsabilités soient situées. Le ministre a déclaré, lors de son face-à-face avec la presse, qu’à côté de l’enquête judiciaire qui a été ouverte, il y aura une investigation administrative. Cette enquête, souligne-t-il, va montrer «s’il y avait suffisamment de gilets de sauvetage et si les gens portaient des gilets».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here