PARTAGER

Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a décrété un deuil national de trois jours, selon un communiqué officiel rapporté par la Télévision nationale. Cette décision fait suite au crash – le plus meurtrier de l’histoire de l’Algérie – d’un avion de l’Armée de l’air algérienne qui a fait officiellement 257 morts. Cet appareil s’est écrasé mercredi dernier vers 7h 50 du matin, peu après son décollage non loin de la base aérienne de Boufarik, située à 35 km au sud d’Alger, rapportent les médias algériens.
Les dix membres d’équipage et 247 passagers sont les victimes de cette tragédie, «dont la plupart sont des personnels de l’Armée nationale algérienne ainsi que des membres de leurs familles», précise la télévision Ennahar. D’après leurs informations, il n’y a eu aucun survivant. Sachant que la capacité de l’avion ne devrait pas dépasser 250 passagers, ce qui signifie une surcharge de 7 places.
Ennahar rajoute que l’une des ailes de l’avion aurait pris feu pendant le vol, avant que le pilote ne se rende compte d’une défaillance au niveau de l’appareil. Le pilote aurait sciemment décidé de réorienter l’appareil pour éviter des dégâts collatéraux dans la métropole en faisant crasher l’avion dans un champ inhabité. Il s’agit du crash le plus meurtrier de l’histoire de l’aviation du pays.
L’avion référé dIlyushin Il-76 TD avait décollé le 11 avril 2018 de la base aérienne de Boufarik, au sud de la capitale Alger, en direction de Tindouf et Béchar (sud de l’Algérie) avec 247 passagers et 10 membres d’équipage. La plus grande part du fuselage a été détruite dans l’incendie. Toutes les personnes à bord ont péri dans l’accident, a déclaré le ministère algérien de la Défense.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here