PARTAGER

Après plus de deux semaines sans enregistrer de nouveaux cas positifs au Covid-19, la commune de Mbour, qui avait recensé 13 malades, a connu une rechute samedi avec 3 patients touchés par la transmission communautaire. Une nouvelle qui a fini d’installer la panique au niveau de la population, car ils sont originaires de deux quartiers de Mbour et de Malicounda et ont récemment séjourné à Touba et sont entrés clandestinement dans la ville.

Epargnée depuis plusieurs jours, Mbour a «rechuté» hier avec 3 nouveaux cas issus de la transmission communautaire. Une situation qui a plongé les populations, qui redoutent le pire, dans la psychose. Pourtant, le département est resté plus de deux semaines sans enregistrer le moindre cas de Covid-19, poussant le préfet de Mbour à durcir le ton en mettant en garde tous les voyageurs clandestins entrant à Mbour. Il avait décidé de les confiner systématiquement et demandé à la population de respecter le port de masque. Mais il y a eu des gens qui ont réussi à passer entre les mailles du filet pour assurer la continuité de leurs activités commerciales. A leurs risques et périls.
Malgré le renforcement du dispositif, des gens en provenance de Touba sont parvenus à contourner la vigilance des forces de défense et de sécurité pour s’introduire clandestinement dans le département. C’est le cas de ces 3 nouveaux cas communautaires, dénombrés hier sur la Petite Côte, dont deux à Mbour et un à Malicounda. Il s’agit de deux commerçants provenant du Marché Ocass de Touba, alors que le troisième est un chef de famille mbourois qui a séjourné pendant quelques semaines dans la ville sainte avant de rentrer clandestinement par une moto Jakarta. Toute sa famille a été mise en quarantaine.
En tout cas, Dr Fatma Fall, médecin-chef du district sanitaire de Mbour, demande aux populations de signaler toute personne qui serait arrivée clandestinement dans la ville. Dans la même foulée, quatre individus en provenance de Touba qui sont venus au marché central ont été dénoncés. Ils ont été interpellés par les autorités sanitaires de Mbour et mis immédiatement en quarantaine dans un réceptif hôtelier de la zone.
Face à ces cas communautaires qui viennent porter un sacré coup aux efforts fournis par les autorités pour circonscrire la maladie, Mor Talla Tine, préfet de Mbour, a pris un arrêté samedi pour fermer le marché central et le quai de pêche de Mbour durant la période du dimanche 25 avril au mercredi 29 avril 2020. Cette période de fermeture sera mise à profit pour des opérations de nettoiement et de désinfection de grande envergure de ces établissements qui continuent d’être des lieux de rassemblement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here