PARTAGER

Le «capitaine» du Pds à Saint-Louis a été mis sur le banc de touche par ses coéquipiers de la Fédération départementale. L’audience de Ameth Fall Braya avec le chef de l’Etat mercredi est en effet considérée comme une «faute». A l’issue d’une Assemblée générale tenue dans l’après-midi d’hier, les Libéraux estiment qu’il «ne peut plus défendre ni garantir les intérêts du parti, encore moins ceux de son candidat Karim Meïssa Wade». Qu’il ne peut plus non plus «présider aux destinées du parti dans le département de Saint-Louis». En conséquence, le Pds départemental a décidé de «confier provisoirement la gestion de la Fédération en direction de l’élection présidentielle à Mamadou Diagne dit Doudou comme président et à Mayoro Faye comme secrétaire général». Le communiqué souligne que les deux responsables désignés devraient donc «compléter le reste du bureau fédéral et procéder à la réorganisation et à la relance des activités du parti dans toutes les localités du département», mais aussi «intégrer l’ensemble des mouvements de soutien à Karim Wade tout en veillant à la participation massive des jeunes, des femmes». Il revient alors à MM. Diagne et Faye, ajoute-ton, de «procéder à la mise en place des comités d’accueil dans toutes les communes et au plan départemental en vue de préparer le retour triomphal de (leur) candidat, Karim Wade». Il y a quelques mois, la même instance avait demandé à la direction du Pds d’entériner l’exclusion de M. Braya. Mais cette fois-ci, Mayoro Faye et Cie sont formels : «Toute autre décision contraire à cette résolution est nulle et sans effet.»
La Fédération de Saint-Louis explique sa décision par les «dérives multiples» de M. Braya, matérialisées par des «connivences répétées» avec le parti au pouvoir et son chef, «sa désignation comme parrain de la ‘’Nuit de l’excellence’’, organisée par les femmes de Bby à Saint Louis, ses déclarations intempestives et répétées contre Karim Meïssa Wade, le lancement d’un mouvement aux relents politiques, présidé par le Premier ministre Boun Abdallah Dionne à moins de trois mois de l’élection présidentielle». Et enfin, son audience ce mercredi 12 décembre 2018 avec le Président Macky Sall à qui «il a promis un soutien sans condition au milieu de notre combat pour le respect de la candidature de Karim Wade».

hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here