PARTAGER

Pour la construction de son nouveau siège au Sénégal, le Goethe institut s’est attaché les services de l’architecte de renom Francis Kéré. Le siège qui sera construit sur un terrain adjacent au Musée Léopold Sédar Senghor se veut une œuvre alliant tradition et modernisme dans une vision écologique, s’inspirant des constructions traditionnelles sénégalaises en terre cuite, a expliqué M. Kéré au cours d’une conférence de presse.

Pour marquer les 40 ans de sa présence au Sénégal, l’institut Goethe va sortir le grand jeu. A partir du deuxième semestre de cette année, il va commencer à construire un tout nouveau siège qui sera adjacent au Musée Léopold Sédar Senghor sur le site de l’ancienne maison de Bara Tall. Pour construire ce nouveau siège, le Goethe institut s’est attaché les services d’un architecte et non des moindres. Né à Gando, un village du Burkina Faso, Francis Kéré est un architecte de renommée internationale qui a fait ses études en Allemagne après l’obtention d’une bourse. Aujourd’hui, son travail a été reconnu et récompensé par de nombreuses distinctions dont le prix Aga Khan d’architecture ou encore le Global award for sustainable architecture. Parmi ses œuvres, l’Operndorf en collaboration avec Christoph Schlingensief au Burkina Faso ou encore le pavillon de la Serpentine Gallery à Londres, mais également le futur siège du Parlement à Ouagadougou. Et sa première réalisation au Sénégal sera ce nouvel espace du Goethe institut. Pour Francis Kéré qui séjourne à Dakar pour la première fois, c’est un «honneur» et une «fierté» de se voir associé à cette aventure. «J’éprouve un grand respect pour Senghor et Goethe, mais je sais déjà que ma tâche n’est pas facile», note M. Kéré. L’architecte qui est en réalité invité à construire pour la première fois une structure qui fonctionne tout en respectant la vision de Senghor et de Goethe considère sa tâche comme un challenge d’autant plus qu’il doit créer un endroit qui, à la fois, répond aux normes écologiques et s’inspire des constructions traditionnelles sénégalaises en terre cuite. «Nous n’allons pas construire une case ronde, mais on va utiliser des matériaux traditionnels naturels : le bois, des briques en terre cuite mélangée à du béton. On va retourner à la nature, le savoir-faire vernaculaire, traditionnel. Nous pensons construire une tour de ventilation naturelle en utilisant la tôle. C’est l’architecture avec climatisation et chauffage classique», confie M. Kéré qui, dans ce projet, souhaite aussi compter sur le savoir-faire des artisans locaux. «Nous espérons voir nos frères sénégalais exprimer leur savoir-faire.»

40 ans de présence au Sénégal
Ce siège que les dirigeants du Goethe institut espèrent inaugurer vers la fin de l’année 2020 abritera différents espaces. En sus des 4 salles et des bureaux, il y aura une bibliothèque plus grande avec un espace digital, une grande salle de spectacle insonorisée, une cafétéria et un espace de rencontre. «Nous avons le projet de nous agrandir considérablement. Nous voulons créer un bon endroit où les Sénégalais peuvent venir lire, se reposer, visionner et être vraiment sur la culture, la littérature, apprendre les langues», renseigne le directeur Philip Küppers qui veut, à travers cet espace, donner une nouvelle dimension au projet, offrir un meilleur service tout en continuant de fournir un accueil de qualité. «C’est avec une immense fierté que l’institut sera le voisin de la maison de cet ancien Président qui avait, d’une part, une vision avant-gardiste pour son pays et qui, d’autre part, était un grand homme de culture. Il s’agit donc d’une symbolique forte pour ce nouveau lieu. Symbolique qui ne s’arrête pas là, car la rue dans laquelle s’installera le Goethe institut porte le nom de Leo Frobenius, un célèbre ethnologue et archéologue allemand», lit-on dans le communiqué annonçant la construction de cet espace.
Et pour le moment, s’il est difficile pour les dirigeants de dévoiler le coût global du projet. Il est clair qu’une œuvre pareille va nécessiter un gros investissement. «Le siège central a choisi le Sénégal comme le seul pays où on va construire un institut complètement nouveau. C’est exceptionnel», a fait savoir M. Küppers. Pour l’ambassadeur de l’Allema­gne au Sénégal, Son Excellence Stephan Röken, c’est là l’occasion de marquer les 40 ans de présence du Goethe institut au Sénégal et une belle manière de magnifier les relations bilatérale entre le Sénégal et son pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here