PARTAGER

48 heures après la cérémonie d’adieu au général d’armée Mamadou Sow, le nouveau chef d’Etat-major général des armées a été installé hier. Le général de Division, Cheikh Guèye, arrive avec une feuille de route bien définie et articulée autour de la formation des hommes pour mieux lutter contre le terrorisme.

Le terrorisme est revenu hier comme un leitmotiv dans le speech du nouveau chef d’Etat-major général des armées. Le général de Division Cheikh Guèye, lors de son installation par le ministre des Forces armées, Augustin Tine, devant les nombreux hommes de troupes, sous-officiers et officiers des différents corps de l’armée sénégalaise, a en effet mis l’accent sur le volet de la formation pour mieux faire face au terrorisme. «Comment entraîner, comment former nos hommes afin qu’on puisse assurer la défense de notre pays ?» est l’une des questions qui taraude l’esprit du successeur du général d’armées, Mamadou Sow. Mais le nouveau Cemga ne semble pas du tout préoccupé par la réponse à donner à cette interrogation. Puis­qu’il n’en pense pas moins qu’il faudra «prendre en compte ces nouveaux défis sécuritaires qui demandent beaucoup plus d’esprit d’anticipation, d’innovations et se renseigner».
Le nouveau Cemga a aussi évoqué la question de la modernisation de l’armée nationale. Et c’était pour faire savoir : «Nous devons également essayer de maintenir le cap de moderniser l’Armée. Dans une période allant de 2014 à 2025, l’Armée sénégalaise est en train de s’équiper. Nous devons donc faire un effort sur l’homme, un effort sur le matériel majeur qui est acquis, un effort de maintenance.»
Le nom du général d’armée Mamadou Sow est revenu dans le propos du ministre des Forces armées. Augustin Tine ne pouvait cacher sa satisfaction à l’endroit du premier Cemga sous le règne du Président Macky Sall. Du général d’armée Mamadou Sow, Augustin Tine  salue l’«esprit d’organisation, sa saine gestion des ressources, sa capacité à mobiliser les énergies et à susciter l’adhésion à sa vision de l’avenir».
Par ailleurs, le général Cheikh Guèye annonce à l’attention de l’assistance composée aussi de corps constitués de l’Etat et de chefs religieux que lui et ses hommes vont essayer «de maintenir l’opérationnel, c’est-à-dire avoir tous les atouts pour mettre nos hommes dans de bonnes conditions parce que si le moral n’est pas au beau fixe, vous ne pouvez pas faire des opérations. Nous avons pu avant cela grâce aux efforts consentis par le président de la République, améliorer la condition militaire et mon prédécesseur s’est beaucoup investi dans ce domaine, je continuerai dans cette même lancée».
Cheikh Guèye, qui a été chef d’Etat-major de l’armée de terre en 2013, a été de 2009 à 2010 commandant de la Zone militaire n°6 de Kolda et de 2010 à 2012 commandant de la Zone militaire n°5 de Ziguinchor.
Officier de l’Ordre national du Lion et de l’Ordre national du Mérite, médaillé de l’Onu, Cheikh Guèye, qui a un très riche Cv, parle français, anglais, allemand. Il lit et écrit l’arabe. Il est né en 1960 à Diadordé (Louga), il est marié et père de deux garçons et trois filles.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here