PARTAGER

Le collectif Noo lank, regroupant les associations de la société civile, Aar li ñu bokk, Frapp, Nittu deug des valeurs, Y’en a marre, Génération des forces citoyennes, Forum social sénégalais, Gilets rouges, entre autres, a tenu une conférence de presse hier. Cette nouvelle plateforme prépare ainsi la marche prévue vendredi 13 décembre prochain pour exiger la libération de Guy Marius Sagna et Cie, mais aussi dénoncer la hausse du prix de l’électricité. Le porte-parole du jour, Mamadou Mignane Diouf, s’explique.

«Pourquoi le collectif Noo lank» 
«Des citoyens ont décidé de la mise en place du collectif Noo lank suite à la hausse injustifiée des tarifs de l’électricité et de l’arrestation de neufs activistes qui manifestaient contre cette hausse. Concernant le caractère arbitraire de ces arrestations, le collectif lance une vive alerte à la communauté nationale et internationale sur les dérives dictatoriales qui ont cours au Sénégal. L’Etat de droit n’est plus une illusion dans le pays. Les libertés individuelles et collectives des concitoyens sont massacrées tous les jours par un régime qui use de la terreur et de la répression pour tenter d’étouffer les voix qui se lèvent contre la gestion scandaleuse et calamiteuse du pays. C’est dans ce contexte que la marche contre la hausse de prix de l’électricité, organisée le vendredi 29 novembre par des mouvements citoyens et politiques, a été réprimée par les forces de sécurité. Nous déplorons cette situation qui a abouti à l’arrestation de huit parmi nous injustement, arbitrairement privés de liberté et éparpillés dans trois prisons à Dakar. Depuis cinq jours, ils observent une grève de la faim et leur santé se dégrade de jour en jour. Le collectif citoyen Noo lank tiendra le Président Macky Sall pour responsable de tout ce qui arrivera à ces dignes patriotes dont la vie est aujourd’hui dangereusement menacée.»

«Une grande marche est prévue le 13 décembre»
«La liberté de manifestation est un droit inaliénable inscrit dans notre Constitution et nous entendons jouir de ce droit sans aucune restriction. Rien ne justifie l’arrestation de ses citoyens sénégalais, si ce n’est une volonté d’acharnement sur des jeunes qui refusent courageusement et avec dignité de courber l’échine face à la situation préoccupante que traverse le pays. Le collectif citoyen Noo lank exige la libération immédiate et sans condition des citoyens sénégalais injustement et arbitrairement arrêtés au cours de la marche contre la hausse du prix de l’électricité. Chaque jour passé en prison par ces jeunes est un pas de plus vers la dictature. Il n’appartient pas aux ménages déjà assaillis par des difficultés de toutes sortes ni aux entreprises soumises à une pression fiscale sauvage de payer les choix économiques hasardeux et des dépenses de prestige du chef de l’Etat. Le collectif réaffirme son engagement à poursuivre avec toutes les forces vives de la Nation la lutte jusqu’à l’annulation de la mesure de hausse des prix l’électricité. Ainsi, une grande marche est prévue comme première activité le 13 décembre 2019 à 16h.»

«Après l’électricité, les tarifs de l’eau aussi pourraient augmenter»
«En plus de l’électricité, il y a des problèmes de l’eau ici et là. Il y a presque sept mois que nous en parlons à travers la société civile. Et ce que nous disons au Forum social engage toute la société civile. Nous avons dit que le contrat d’affermage de l’eau s’est passé dans des conditions les plus nébuleuses. C’était la première fois dans l’histoire de l’Afrique de l’Ouest qu’un contrat d’affermage d’eau ait connu autant de durée, soit trois ans. Parce que ceux qui le conduisent savent que tout n’a pas été transparent. Le dernier contrat qui a été signé en 1996 entre l’Etat du Sénégal et la Sde a été traité en deux semaines. Comment se fait-il qu’un contrat ait pris autant de temps et suscité autant de passions, de polémiques, de revendications, de plaintes ? La question de la revendication des travailleurs de la Sde pour avoir une part importante du capital est légitime et nous la soutenons. Ce sont les travailleurs qui créent des ressources et des richesses. Ils n’ont pas été jusqu’au bout de leurs revendications de couper définitivement l’eau parce que nous avons dialogué. Le responsable de cette pénurie d’eau au Sénégal, c’est l’Etat et non la Sde. L’eau aussi connaîtra une hausse parce que Suez a bien dit dans ses propositions financières : ‘’Si je gagne le contrat, je vais vous faire connecter au réseau d’eau à 239 mille francs.’’ Vous allez payer 400 francs pour pouvoir avoir un m3 d’eau. On l’a dit, on ne nous a pas écoutés. Il n’y a même pas d’augmentation, c’est une application du tarif imposé par Suez au Sénégal, c’est ça qui va se passer. Préparez-vous à payer plus cher l’eau, l’électricité et d’autres services comme le transport Dakar dem dikk, tout pourrait augmenter.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here