PARTAGER

Guy Marius Ndiaye et Cie ont bénéficié hier d’un retour de Parquet. Des mouvements sociaux et citoyens ont tenu une conférence de presse pour exiger la libération des 9 activistes arrêtés vendredi dernier pour avoir manifesté devant les grilles du Palais présidentiel. Ce collectif qui regroupe Frapp, Gilets rouges, Snp, Nittu dëgg des valeurs, Forum social sénégalais dénonce déjà les chefs d’inculpation qui pèsent sur les manifestants. «On parle de violence à un agent. J’ai partagé la vidéo dans laquelle on voit bien que c’est Guy Marius Sagna qui a été malmené. Il est venu avec les mains nues, sans projectile», a dit le coordonnateur du mouvement Y’en a marre. Pour Aliou Sané, ce sont plutôt les droits de ses camarades de Aar li ñu bokk qui ont été «violés» puisqu’ils manifestaient «pacifiquement» devant les Palais pour remettre au président de la République une lettre de protestation contre la hausse du prix de l’électricité. «Déterminés» et «engagés», les membres du collectif annoncent une autre marche le 13 décembre prochain. Aliou Sané et Cie jugent l’arrestation du leader de Frapp et autre «arbitraire». «Pourtant, aucune sanction n’avait été appliquée à des jeunes de l’Apr qui se sont battus à l’intérieur du Palais présidentiel et d’autres qui avaient manifesté leur courroux devant les grilles du Palais contre la décision présidentielle d’investir son frère, Aliou Sall, sur la liste des députés à l’Assemblée nationale», rappelle M. Sané. Considérant que le droit de manifester est reconnu par la Constitution, Mignane Diouf et ses camarades invitent les organisations syndicales, consuméristes et les citoyens à «refuser cette mesure de hausse des tarifs de l’électricité qui ne se justifie pas». Selon eux, cette mesure déjà entrée en vigueur depuis le 1er décembre intervient à un moment où la population s’attendait à une baisse en 2020 comme annoncée par Makhtar Cissé, devenu ministre de l’Energie. «La direction de la Senelec disait, avant la campagne électorale, que la boîte s’était stabilisée et pourrait vendre de l’électricité dans la sous-région et surtout qu’une hausse n’était pas envisageable», rappelle M. Diouf.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here