PARTAGER

A la commune de Fandène, l’arrestation du gérant de la ferme Fallilou Atta, Moustapha Fall, pollue l’atmosphère. En sit-in hier, les quelques 300 employés de ladite ferme dénoncent «un complot» orchestré par d’anciens partenaires «mécontents» de la ferme avec la complicité de la justice sénégalaise qui veulent leur priver de leur lieu de travail. Les contestataires ont sollicité le soutien de l’Etat.

«Libérez Moustapha Fall !» C’est le cri du cœur lancé hier par les travailleurs de la ferme agricole Fallilou Atta, située dans la commune de Fandène, dans le département de Thiès. Ils dénoncent l’arrestation et la garde à vue de leur patron, Moustapha Fall, ce mardi 2 juillet, par la Brigade de recherche de Thiès. Ils ont déversé leur bile, hurlé leur désespoir, parce qu’à Fandène, la vie de plus 300 employés semble brusquement s’effondrer face aux lourdes menaces qui pèsent sur leur activité agricole du fait de l’incarcération du promoteur privé qui exploite 100 ha de terre dans ladite commune. Babacar Diop, conseiller du gérant de Fallilou Atta, lance directement un appel à Macky Sall, au cours d’un sit-in hier, suivi d’un point de presse organisé sur le site agricole : «Le président de la République a mis en œuvre le Plan Sénégal émergent (Pse) pour promouvoir l’emploi des jeunes. Et dans ce programme le secteur agricole occupe une place de choix. Et ici à Fandène, nous avons eu la chance d’avoir un promoteur privé, qui depuis une quinzaine d’années, valorise nos terres. Il a modernisé notre agriculture de telle sorte qu’aucune famille de ce village ne se plaint.» Pour preuve, dit-il, «nous avons la plus grande récolte d’oignon dans la région de Thiès cette année». Et ceci, sans compter, ajoute M. Diop, «le gérant emploie plus de 300 jeunes qui sont rémunérés régulièrement et lutte ainsi contre l’émigration clandestine». Lesquels, selon M. Diop, sont aujourd’hui menacés avec cette procédure judiciaire, «pour des raisons inavoués». «C’est scandaleux», estime l’ancien international de basket Cheikh Mbacké Diop, actionnaire dans le projet, qui dénonce «un complot avec la complicité de la justice pour nous empêcher de travailler. Parce que nous sommes en pleine récolte». En effet, explique-t-il, «le problème ne date pas d’aujourd’hui. Il remonte à trois voire quatre ans. Le promoteur avait des partenaires espagnoles à l’ouverture de l’exploitation agricole. Ils ont travaillé pendant presque 10 ans. Ces derniers à la fin de leur contrat ont voulu le renouveler. Mais, il y a eu un problème entre eux et ils se sont séparés. Une procédure judiciaire s’était alors enclenchée et la ferme avait même été fermée pendant 6 mois avant d’être réouverte par le promoteur sénégalais. Ils sont allés en justice. Et Moustapha Fall a gagné le procès. Il a même eu droit à des dédommagements à hauteur de 2,5 milliards de FCfa. Ils ont fait appel. D’ailleurs, le tribunal les a convoqués ce 10 juillet», renseigne Cheikh Mbacké Diop, qui ajoute : «A notre grande surprise, à une semaine du procès, il a été arrêté par la Brigade de recherche de Thiès, qui l’a convoqué, ce mardi, en lui disant que c’était le procureur qui avait besoin de lui. Une fois là-bas il a été déféré au Tribunal.» Il poursuit : «Les enquêteurs lui reprochent d’avoir vendu une groupe électrogène d’une valeur de 15 millions de F Cfa, qui appartiendrait aux Espagnols alors que le groupe est ici à la ferme.» Pour simplement dire, selon l’ancien international de Basket, que «c’est un com­plot qui ne dit pas son nom». Ainsi, il interpelle le directeur de Cabinet du chef de l’Etat, par ailleurs maire de la commune de Fan­dène, Augustin Tine, pour régler le problème. «Moustapha Fall est un Sénégalais. Il génère des emplois. Il doit être protégé. C’est un opérateur qui travaille pour le développement de son pays, il ne mérite pas ça», a-t-il dit.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here