PARTAGER

Troisième jour de la campagne électorale. Le candidat Ousmane Sonko accuse du retard et se dit surpris par la forte mobilisation des populations, jusqu’à une heure très avancée. Ce qui, pour lui, est la preuve de leur engagement et de leur détermination.

Pratiquement rien que des jeunes, vêtus de T-shirts à l’effigie du parti Pastef, les populations de Bambey s’étaient armés de patience pour attendre l’arrivée du candidat de la coalition «Sonko Prési­dent». Installés sur une partie de l’esplanade de la gare  de Bambey, nombre de ces jeunes, dans le froid glacial, semblaient somnoler mais également déterminés à attendre leur leader, quel qu’en soit le prix.  Et, ce n’est qu’à 1 heure passée de 10 minutes  que Ousmane Sonko est arrivé au lieu du rendez-vous, où il a été chaleureusement accueilli par des coups de sifflet. Une forte mobilisation qui fera exprimer au candidat toute sa surprise face à une telle détermination. Aussi a-t-il commencé par s’excuser pour la durée très longue de l’attente. Et de poursuivre, «je ne pensais pas que nous trouverions ici tout ce monde à 2 heures du matin. Nous sommes juste venus pour que  les populations de Bambey sachent que nous sommes là. Nous nous excusons de ce désagrément. Votre attente va nous motiver et en conséquence booster notre détermination et notre volonté de bâtir  un nouveau Sénégal».
Pour Ousmane Sonko, les départements de Bambey, Diourbel et Gossass font partie des villes abandonnées du Sénégal. Une situation qu’il juge inadmissible du fait de  leur position géographique mais aussi en tant que fiefs d’éminents religieux de ce  pays. Ce sont des axes, selon lui, dépourvus de plans d’aménagement du territoire et de projets de modernisation. Le leader du Pastef a demandé à ses militants de travailler pour le développement du Sénégal. «Vous et nous n’avons que le Sénégal contrairement aux autres qui ont deux à trois nationalités. Il faut nous battre pour mettre à la tête de ce pays des acteurs neufs. Et, pour y arriver, il ne faut surtout pas rater la Présidentielle de 2019, car Macky Sall est le pire de tous.» Pour lui ce combat doit être porté par tous patriotes de ce pays. Surtout que, fait-il savoir, le Sénégal est peuplé de plus de 65% de jeunes. Et Ousmane Sonko  a invité ses militants à aller retirer leurs cartes d’électeur car la meilleure manière de porter leur candidat à la tête de la magistrature suprême c’est de voter massivement pour lui.
Correspondante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here