PARTAGER
Alioune Sarr, ministre du Tourisme et des transports aériens.

La fête d’anniversaire des 60 ans de l’Asecna a été sanctionnée par une déclaration où les ministres des Etats membres ont renouvelé leur engagement à ne ménager aucun effort pour matérialiser le concept de ciel unique pour l’Afrique.

L’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) a fêté hier, ses 60 ans de services aéronautiques. La cérémonie officielle de cet anniversaire a permis de cadre pour les ministres en charge de l’aviation civile des Etats membres d’adopter une déclaration politique qui engage le Conseil d’administration et la Direction générale de l’Asecna à œuvrer pour la réalisation du concept de ciel unique pour l’Afrique et à consolider l’autonomie financière de l’agence, mais aussi à mettre en place un fonds dédié de sécurité aérienne garantissant l’institution d’un plan de service et d’équipement. Dans cette déclaration, les ministres qui encouragent de nouvelles adhésions, se sont engagés à veiller à la bonne gouvernance de l’agence en continuant de jouer pleinement le rôle d’orientation stratégique et donner plein effet au statut international de l’agence dans les Etats membres.
Pour le ministre sénégalais du Tourisme et des transports aériens, cette déclaration de Dakar marque l’attachement renouvelé des Etats à leur outil commun de coopération. Alioune Sarr «exhorte les ministres en charge de l’aviation civile à accompagner l’Asecna dans la mise en œuvre de la déclaration de Dakar et à lui fixer des orientations précises pour matérialiser cette vision vers un ciel unique pour l’Afrique». Selon le ministre, c’est à ce prix que l’agence réussira sa nouvelle révolution technologique, «celle qui lui ouvrira les portes de la fourniture de services de navigation aérienne par satellite dans les prochaines années».
Alioune Sarr a en outre, apprécié la capacité de l’Asecna à anticiper les technologies en adoptant ses équipements pour les maintenir au niveau des standards de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci). «Ces succès ne doivent pas pour autant nous faire perdre de vue les préoccupations du moment qui ont pour nom entre autres la lutte contre le terrorisme», alerte le ministre en charge des Transports aériens.
En effet, souligne M. Sarr, le continent africain est progressivement devenu le lieu de prédilection de groupes terroristes qui constituent de véritables menaces pour toutes les activités économiques en général, et l’aéronautique civile en particulier. «S’il est évident que la sûreté de nos territoires relève de la responsabilité de nos Etats, l’Asecna depuis quelques années déjà contribue aussi à cette sécurité à travers la formation d’inspecteurs et d’experts nationaux en sûreté ou par la mise en place de projets et partenariats divers pour soutenir les efforts des Etats en la matière», s’est félicité M. Sarr. Cependant, estime le ministre, «il est impératif de persévérer et d’approfondir les réflexions dans le sens d’autres formes d’accompagnements, notamment sur le plan des stratégies de prévention des actes illicites sur nos aéroports et dans notre espace aérien».
L’Asecna regroupe 18 Etats membres pour un espace aérien de plus de 16 millions de km2.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here