PARTAGER

Les techniques de montage d’ordinateur, de bureautique et de maintenance informatique ne sont plus un secret pour un groupe de 15 pensionnaires de l’Ecole des sourds-muets de Thiès, grâce au Centre de recherche et d’essai (Cre) de Thiès. Ces jeunes ont reçu chacun un parchemin, sanctionnant une formation pratique. Une première au Sénégal et dans la sous-région, selon Professeur Salif Guèye, directeur de l’In­novation, de la valorisation de la propriété intellectuelle et du transfert technologique à la direction générale de la Re­cher­che du ministère de l’Ensei­gne­ment supérieur et de la recherche. Pr Guèye informe qu’un des jeunes bénéficiaires, le premier à avoir approché le Cre pour être formé, a été recruté par sa direction comme formateur de sourds-muets à Kolda. «Grâce au succès de l’expérience de Thiès, la formation sera élargie aux 23 Cre que compte le Sénégal», a dit Pr Guèye selon qui la finalité est «d’organiser les bénéficiaires en Gie spécialisés dans le montage et la maintenance d’ordinateur». Venu présider la cérémonie officielle de remise des attestations, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Pr Marie Teuw Niane, a salué «la bonne volonté des jeunes sourds-muets qui ont montré qu’ils savaient exceller dans un domaine ou même leurs camarades valides pouvaient avoir des difficultés». Non sans féliciter leurs parents pour l’accompagnement. «Cela nous conforte dans le choix de doter les 23 Cre du pays de moyens conséquents. Parce que vous constituez un espoir pour toutes les couches de la population.» Il ajoute : «Cette première promotion de sourds-muets formés en assemblage d’ordinateur et en traitement de texte prouve que beaucoup de compétences peuvent être acquises en utilisant l’outil informatique.» Et c’est pour les encourager à se perfectionner qu’il  a offert à chacun un ordinateur portatif. Au-delà, M. Niane a été interpellé par les parents des pensionnaires de l’Ecole des sourds-muets de Thiès sur leurs chances d’obtenir un emploi. En réponse, il fera savoir qu’avec l’ouverture des Espaces numériques ouverts (Eno), des possibilités pourraient s’offrir à eux. Babacar Lèye est pour sa part revenu sur la formation des sourds-muets pour dire qu’au-delà de l’acquisition de nouvelles compétences, elle constitue un puissant moyen d’intégration dans la communauté. Dans ce cadre, estime le coordonnateur du Cre de Thiès, 80 autres sourds-muets sont sur la liste d’attente de son centre. A ce titre, il souhaite que le projet de formation fasse tache d’huile partout au Sénégal. Il termine par rappeler que toutes les formations au Cre sont gratuites.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here