PARTAGER

Avenir Senegaal bi ñu bëgg s’est dotée d’un Secrétariat national «provisoire». C’était lors de la dernière Assemblée générale ordinaire tenue dimanche dernier, où les «performances» de la plateforme lors du référendum de mars 2016 et des dernières législatives ont été saluées.

La Plateforme Avenir Sene­gaal bi ñu bëgg a désormais un Secrétariat national. Cette structure «provisoire», mise sur pied lors de l’Assemblée générale ordinaire, tenue dimanche dernier, est composée d’une trentaine de membres. Un communiqué de la Plateforme indique que «le Snp est chargé de mettre en œuvre la feuille de route adoptée par l’Assemblée générale, qui a pour objectifs de renforcer la présence de la Plateforme et son implantation sur l’ensemble du territoire et dans la diaspora, ainsi que d’achever la réflexion sur son organisation et sa structuration».
D’après la note, les discussions ont aussi porté sur l’évaluation de la participation de la Plateforme au référendum de mars 2016 et aux dernières élections législatives. «Les membres se sont vivement félicités de ce que la Plateforme est devenue, en dépit de son jeune âge, une formation politique reconnue et respectée du fait de la qualité de ses membres, la clarté de sa ligne et l’apport de ses contributions à la réflexion et au débat politique national», se réjouissent les anciens compagnons de Me Mame Adama Guèye.
L’avocat avait, dans un entretien avec le journal Le Quotidien (voir n*4430 du lundi 20 novembre), expliqué qu’il a démissionné d’Avenir Senegaal bi ñu bëgg à cause des «divergences persistantes sur les questions organisationnelles essentielles, antérieurement aux élections législatives» entre les autres membres et lui. Et le communiqué de la Plateforme, sans faire mention du départ de celui qui, pendant longtemps, a été le visage et la référence morale de cette structure, informe néanmoins que les membres ayant pris part à la rencontre ont «tous réaffirmé et renouvelé leur engagement, ainsi que leur attachement aux idéaux, valeurs et règles qui fondent l’identité propre de la Plateforme». Selon eux, il s’agit de l’ouverture vers les organisations politiques, les mouvements citoyens, les associations, les organisations communautaires.
Mais aussi d’une éventuelle collaboration avec les organisations socioprofessionnelles ou acteurs et autres groupes porteurs d’enjeux sectoriels, «animés du même esprit et nourrissant une ambition saine pour la refondation» du Sénégal sur la base des conclusions des Assises nationales et des recommandations de la de Commission nationale de réforme des institutions (Cnri). Mais également, d’autre part, «la règle du leadership collectif et de la gestion collégiale de l’organisation qui seules peuvent permettre de contenir la tentation du culte de la personnalité et de l’accaparement d’une organisation, qui ont toujours fait le lit des échecs des projets politiques». Un pavé dans la mare de Me Mame Adama Guèye ? Quoi qu’il en soit, les membres de ce mouvement semblent bien partis pour mieux se structurer. Et muter en un parti traditionnel ?
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here