PARTAGER

De janvier à maintenant, 2 499 Sénégalais ont été rapatriés de la Libye. Cette déclaration a été tenue samedi par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Me Sidiki Kaba. C’était à l’occasion de son passage à l’Assemblée nationale lors du vote du budget de son département ministériel. Les affaires Cheikh T. Gadio et Mbayang Diop et la question du déminage en Casamance ont été aussi évoquées.

L’actualité brûlante liée à la vente des migrants en territoire libyen a été au cœur du débat lors du passage de Sidiki Kaba samedi à l’Assemblée nationale. A cette occasion, les députés ont exhorté l’Etat à déployer les moyens pour rapatrier nos compatriotes. Sur cette question libyenne, le chef de la diplomatie sénégalaise estime : «On a dit beaucoup de choses. Qu’avons-nous fait ? On ne peut pas tout dire sur la place publique. On n’a pas attendu Cnn. De janvier à maintenant, 2 499 Sénégalais ont été rapatriés.» Il a rapporté que chacun a empoché au moins 100 mille francs Cfa à son retour au pays. Il a aussi déclaré que le chef de l’Etat, Macky Sall, a insisté pour que la question soit inscrite à l’ordre du jour de la session de l’Union africaine prévue les 29 et 30 janvier prochains. Sans donner des réponses par rapport aux dispositions prises pour le rapatriement des Sénégalais toujours coincés dans l’enfer libyen.
Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a été également interpellé sur le dossier Mbayang Diop, en détention en Arabie Saoudite pour une affaire de meurtre présumé de sa patronne et l’affaire Cheikh Tidiane Gadio. Me Sidiki Kaba a évoqué les deux affaires avec diplomatie. Il soutient : «Quand il y a un fils du Sénégal qui a un problème, Mbayang Diop, vous l’avez dit, quand il y a un éminent fils du Sénégal, Cheikh Tidiane Gadio, qui fut un brillant ministre des Affaires étrangères, on se met debout.» D’après Me Kaba, l’ancien ministre des Affaires étrangères «est en bonne santé et il est optimiste». Après avoir assuré que l’Etat lui apportera toute son assistance, il conclut que «le Sénégal n’abandonne pas ses enfants» sous les acclamations des députés. Il expliquera aussi que la diplomatie sénégalaise repose sur trois piliers fondamentaux : une diplomatie de bon voisinage, une diplomatie de développement économique et culturel et une diplomatie de paix et de sécurité, de l’indépendance à nos jours.
Plusieurs autres sujets dont le Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (Fes) et l’état d’avancement du déminage humanitaire en Casa­mance ont été abordés par les parlementaires. En répondant à ceux qui accusent l’Etat d’avoir ciblé une clientèle politique avec ce fonds, Me Sidiki Kaba a laissé entendre que «cela ne se fait pas de façon partisane. Cela se fait avec objectivité. Les critères pour avoir le Fes sont connus : c’est le commerce, le transport et l’immobilier. Mais en ce qui concerne les autres, la localisation du projet, le nombre d’emplois créés». Et pour ce qui est de la question des mines antipersonnel, le ministre fait apprendre qu’«1 million 872mille 974 m2 ont été déjà déminés. Ce travail va continuer. Je voudrais qu’on le sache et que déjà les 433 mines qui ont été découvertes, on les a localisées, c’est sur 69 localités».
Le budget du ministère des Affaires étrangères et des Séné­galais de l’extérieur pour l’année 2018, adopté samedi, a connu une baisse. Il est passé de 62 565 332 620 de franc Cfa en 2017 à 60 777 735 560 de francs Cfa.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here