PARTAGER

En réponse à la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards, le groupe de l’opposition compte déposer aujourd’hui trois commissions d’enquête sur les dossiers Arcelor Mittal, Petro-Tim et Prodac. Serigne Cheikh Bara Dolli Mbacké et Cie veulent faire auditionner respectivement Aly Ngouille Ndiaye, Aliou Sall et Mame Mbaye Niang.

Réponse du berger groupe Liberté et démocratie à la bergère Benno bokk yaakaar qui a annoncé une commission d’enquête parlementaire sur les 94 milliards du Tf 1451/R pour auditionner Ousmane Sonko. A Aymérou Gningue et Cie, Serigne Cheikh Bara Dolli Mbacké et «ses députés» entendent répondre «dès aujourd’hui» par le dépôt de trois commissions d’enquête. «Puisqu’ils ne veulent que la lumière, au lieu d’ouvrir une procédure judiciaire sur ce dossier pour lequel Sonko a déposé une plainte, nous allons voir s’ils sont réellement animés par la même détermination d’éclairer la lanterne des Sénégalais sur les dossiers Arcelor Mittal, Petro-Tim et Prodac», a dit le président du groupe de l’opposition au téléphone.
Pour le premier dossier, l’opposition parlementaire vise Aly Ngouille Ndiaye, qu’elle estime «impliqué» alors qu’il était ministre des Mines. Ensuite, le groupe Liberté et démocratie souhaite, dans le dossier de Petro-Tim, que le frère du Président Macky Sall «clarifie le rôle qu’il a joué dans les contrats pétroliers». Il faut rappeler que sur cette affaire, Mamadou Diop Decroix avait réclamé une commission d’enquête parlementaire. «Nous nous adressons à tous les députés qui sont vraiment pour la transparence dans la gestion des affaires de notre pays, qu’ils soient du pouvoir ou de l’opposition. Nous allons demander à tout le monde d’ouvrir une commission d’enquête parlementaire sur les affaires du pétrole et du fer», avait-il déclaré lors d’une conférence du Fpdr. Et enfin, les députés de l’opposition veulent entendre Mame Mbaye Niang sur l’affaire dite du Prodac (Programme des domaines agricoles communautaires). Un présumé scandale de 29 milliards alors qu’il était le patron du département de la Jeunesse.
Voilà une bataille politique et parlementaire qui entre en jeu. Surtout dans un contexte de la Présidentielle où l’opposition et le pouvoir ne se font pas de cadeaux.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here