PARTAGER

Comme lettre à la poste, les nouveaux textes de la Fédération sénégalaise de basket ont été adoptés ce samedi lors d’une Assemblée générale extraordinaire et dans les meilleures conditions.

La Fédé de basket a de nouveaux textes. Ils ont été adoptés ce samedi lors d’une Ag extraordinaire. Les changements portaient sur l’augmentation des membres du Comité directeur et du Bureau fédéral. Au niveau des clubs affiliés, leur nombre est passé de 72 à 108. Une manière de régler le problème de représentativité des régions au sein du Comité directeur et du Bureau fédéral. La proposition du président de la Fédé a finalement eu un écho favorable de la part de l’ensemble des acteurs.
Faut rappeler que le ministère des Sports, représenté par le Directeur des activités physiques et sportives (Daps), Léopold Germain Senghor, n’avait pas approuvé la démarche communicationnelle des fédéraux lors de l’Assemblée générale d’information tenue au début du mois. De même que certains clubs avaient promis d’opposer leur veto à la modification des textes, à deux mois de l’Assemblée générale élective.
Au finish, les membres du Cd vont passer de 33 à 39 et ceux du Bureau de 8 à 10. D’où la satisfaction du patron du basket sénégalais surtout par rapport à la bonne ambiance qui a prévalu.
«La famille du basket s’est retrouvée autour de l’essentiel. Je remercie tout le monde pour les conditions dans lesquelles l’Assemblée générale s’est déroulée, dans la tranquillité et la paix. Il y a eu des suggestions, des critiques, des félicitations. C’est cela aussi la vie du mouvement sportif. Nous sommes une famille, il faut qu’on se retrouve autour de l’essentiel pour le développement du basket», dira Me Babacar Ndiaye qui avait à ses côtés la représentante de la Zone 2, Mme Rokhaya Pouye «Aya», et le Secrétaire général du Cnoss, Seydina Diagne.

Le cas du poste de Secrétaire général suspendu
Quant à ceux qui estiment que les changements apportés pourraient avoir un impact sur les prochaines élections, le président de la Fédé botte en touche et précise que «cette réforme ne touche pas le processus électoral».
Par contre, pour le poste de Secrétaire général, Me Ndiaye a demandé à l’Assemblée de surseoir à cette question, en attendant de continuer la réflexion avec la tutelle. «Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a une parfaite symbiose entre le ministère des Sports et la Fédération. C’est ce qui nous a valu tous les résultats que vous savez. Nous avions pensé, compte tenu du fait que la Fiba était disposée à financer le poste de Secrétaire général, essayer de voir s’il n’était pas possible de l’élire directement au sein des membres de la Fédération. Il y a aussi une pratique au sein du ministère qui fait que les Secrétaire généraux ou administratifs des fédérations sont la plupart du temps désignés par la tutelle. C’est le cas du football, de l’athlétisme, du judo. Nous avons voulu suspendre la mesure le temps de rediscuter avec le ministère pour voir dans quelle possibilité il faut prendre le financement proposé par la Fiba. Il n’y a aucun problème à ce niveau», dira le président de la Fédé.
A noter que ces réformes vont parvenir à la tutelle, mais aussi à Fiba-Afrique dans les plus brefs délais. Sur ce chapitre, Me Ndiaye informe d’une réunion du Cd dans ce sens. Avant la convocation de la prochaine Assemblée générale élective prévue en juin.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here