PARTAGER

Pour venir en aide aux migrants et aux réfugiés ayant subi des atrocités, l’Ong House of Hope a offert une formation en psychothérapie à 24 acteurs sociaux. Ces professionnels qui ont été initiés pendant 15 jours aux techniques pour répondre aux problèmes de personnes souffrant de troubles post-traumatiques ont reçu leurs attestations lors d’une cérémonie.

House of Hope a remis des attestations aux nouveaux conseillers psychothérapeutes qui ont terminé avec succès le programme de formation des formateurs. Cette cérémonie a été organisée à l’issue de la formation de 24 acteurs sociaux initiés en psychothérapie et aux nouvelles techniques du Net (Thérapie d’exposition narrative) afin qu’ils puissent répondre plus efficacement aux problèmes des personnes souffrant de troubles post-traumatiques. L’im­por­tance de cette formation réside dans le fait que le Sénégal accueille beaucoup de réfugiés qui sont souvent dans une situation compliquée. Selon Djibril Baldé de la Raddho, c’est donc une bonne chose d’avoir un centre au sein de l’Ong House of Hope qui apporte son assistance aux personnes déplacées et migrants ayant subi des atrocités avant d’être rapatriés au Sénégal. Cette session de formation de 15 jours était destinée à 24 professionnels dont des travailleurs sociaux, des agents de l’Anpej et des membres des organisations de la Société civile. Organisée par House of Hope, une organisation allemande, cette session a permis aux récipiendaires de bénéficier d’une formation théorique intense sur la psychothérapie de la méthode thérapie d’exposition narrative (Net). Lors de la cérémonie de remise des attestations, la directrice du projet est revenue sur ces méthodes. Selon Priska Lohry, «la thérapie d’exposition narrative (Net) est une méthode qui aide à réorganiser les structures mal adaptées de la mémoire». S’agissant du Net, elle souligne que «le patient établit, avec l’appui des thérapeutes, un rapport chronologique de l’histoire de sa vie en mettant l’accent sur les expériences de menaces vitales». Poursuivant ses explications, Mme Lohry informe que «l‘objectif à long terme est de mettre en place un système d’assistance permanent pour les migrants expulsés et réfugiés en créant un centre de compétences pour les troubles liés aux traumatismes». Cela entre dans le cadre de la réhabilitation de ces derniers. Par ailleurs, la directrice de ce projet renseigne que 14 conseillers et 14 maîtres-conseillers travaillent au centre psycho-traumatologique et assistent gratuitement des migrants expulsés de l‘Europe et de la Libye, des réfugiés, des demandeurs d’asile et aussi des Sénégalais souffrant de problèmes psychologiques. Il est précisé également que le centre a assisté depuis sa mise en place 130 personnes dont la plupart sont des migrants et des réfugiés.
Outre l’assistance psychologique des migrants expulsés et des réfugiés, House of Hope s’occupe également du projet «Mi­gra­tion légale en Allemagne». Dirigé par Mamadou Lamine Diaby, ledit projet donne des conseils aux personnes qui souhaitent émigrer légalement en Allemagne. Financée par l’Union européenne sous le contrôle de la République Fédérale d’Alle­magne, cette assistance est ap­portée aux personnes qui ont décidé de s’installer en Alle­ma­gne dans le cadre d’un regroupement familial, d’une formation ou des études. Le chargé de communication de l’Ong a toutefois précisé qu’en faisant ce travail, ils ne garantissent pas le visa aux candidats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here