PARTAGER

3 milliards de francs Cfa, c’est le montant qu’a dégagé l’Agence française de développement (Afd) pour 145 627 personnes impactées par le Covid-19, à raison de 10 mille francs Cfa par personne avec un plafond de 8 personnes par ménage. Il s’agit d’une assistance sous forme de transferts monétaires ciblant 12 départements des régions de Kaffrine, Kolda, Louga, Matam, Thiès.

Au total, 145 627 personnes vulnérables vont bénéficier d’une assistance pour faire face aux conséquences de la pandémie à Covid-19. C’est une aide directe sous forme de transferts monétaires, à raison de 10 mille franc Cfa par personne avec un plafond de 8 personnes par ménage, ce qui fait 80 000 francs Cfa au maximum. Les personnes ciblées sont réparties dans 12 départements. Ce sont Kaffrine, Koungheul, Malem Hoddar, Birkilane, Médina Yoro Foula, Vélingara, Kolda, Linguère, Louga, Kanel, Matam, et Tivaoune. D’un coût global de 3,5 millions d’euros, soit 3 milliards de francs Cfa, le projet est financé par l’Agence française de développement (Afd). Hier un atelier autour du «Projet de réduction des risques de l’impact de la Covid 19 sur les moyens d’existence des populations vulnérables», a réuni des membres des Ong, World vision, Action contre la faim, Plan international, Oxfam et Save the children qui assurent la coordination dudit projet.
«A travers le plan d’urgence, le consortium des 6 Ong qui se sont constituées et qui ont aussi bénéficié au même titre que l’Etat du Sénégal de cet accompagnement, cette indemnisation de la mutuelle panafricaine, African Risk Capacity (Arc). Donc 6 milliards à ce consortium, 5,5 milliards pour l’Etat et le consortium a travaillé sur 17 départements, 26 mille ménages ont été accompagnés à l’occasion de cette phase», a rappelé le Secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire, Jean-Pierre Senghor.
Pour sa part, le coordonnateur du consortium, Mamadou Sow, a déclaré que le projet vient compléter la réponse du gouvernement qui intervient en assistance alimentaire pour 1 million de ménages à travers le fonds de riposte et de solidarité contre les effets du coronavirus. «Il permettra aux personnes les plus vulnérables également, susceptibles d’être fortement affectées par les conséquences socio-économiques de la pandémie actuelle, de percevoir un revenu de remplacement via une allocation sociale.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here