PARTAGER

En matière de cybercriminalité, les ressortissants nigérians commencent à construire une bonne renommée. Antony Ojiakor, qui se fait appeler aussi Souleymane Diallo, Amadou Barry, Alpha Camara,  était face au juge du Tribunal correctionnel pour répondre des chefs d’association de malfaiteurs, d’usurpation d’identité, d’usurpation d’identité numérique, de faux usage de faux dans des documents administratifs, de faux usage de faux en écriture de banque, de faux informatique, d’escroquerie, d’obtention frauduleux d’avantages par introduction dans un système informatique, d’accès et de maintien frauduleux dans un système informatique ainsi de modification ou d’altération de données et de blanchiment de capitaux.  Il risque 5 ans de prison ferme si le Tribunal suit les conseils du Parquet.
N’eut été Mouhamadou Abdoulaye Ndiaye, les agissements de Antony Ojjiakor ne seraient pas mis à nu. Le directeur de l’audit interne de la Bhs a saisi d’une plainte la Division spéciale de la Cyber-sécurité contre  Amadou Barry, Alpha Camara et X. Dans sa plainte, il indiquait que des malfaiteurs ont accédé frauduleusement à un système informatique et effectué des virements irréguliers. Il ajoutait que  leur client Samba Thiam avait été victime d’un virement  frauduleux d’un montant d’un million de francs effectué par le biais de l’application Bhsnet. Selon toujours ses déclarations, une autre tentative portant sur le même montant a été faite au profit de Alpha Camara qui se trouve être un client de la Cbao.
Le titulaire du compte Guirane Sèye, résidant en France, avait déclaré que son application e-banking était bloquée pendant deux jours et qu’il n’a jamais autorisé un virement portant sur cette somme. Entendu par les policiers pour les besoins de l’enquête, Samba Thiam a déclaré qu’il avait reçu un mail l’invitant à remplir un formulaire de sécurité. Sans ouvrir ce document, il avait  cliqué sur le lien, mais il ne parvenait pas à accéder à l’application e-banking. Mais à sa grande surprise après quelques jours,  il a reçu un message l’informant d’un virement effectué au profit d’un certain Amadou Barry.
Bernard Abdoul Aziz Wone, qui se trouve être le responsable  de la monétique de la Bhs, subodorait une négligence de Samba Thiam,  en ce sens que l’auteur du virement frauduleux effectué à partir  de ce compte  était entré en possession de  ses informations personnelles  à savoir son identifiant, son mot de passe et son code Pin.  Il précisait que les mots de passe étaient cryptés au niveau de leur base de sorte que personne ne pouvait y accéder.  Il déclarait enfin qu’ils avaient été informés par d’autres clients  de ce qu’ils avaient reçu des courriers les invitant  à mettre à jour leurs données personnelles pour des besoins de sécurité.  Mais comme la banque n’était pas à l’origine de ces courriers, elle a mis sur le site un bandeau d’avertissement pour alerter leurs abonnés sur les tentatives de récupération de leurs codes d’accès.

L’adresse mail de la gérante de Pagena Sa utilisée pour des virements
Le 31 mai 2018, les éléments de la Division cybercriminalité ont été informés de la présence  dans les locaux de la Cbao sis à la Vdn d’un individu répondant au nom de Souleymane Diallo. Il était venu retirer un montant de 15 millions de francs, qui procédaient d’un virement frauduleux effectué à partir du compte  de la société Pagena Sa. Un transport effectué sur les lieux a permis d’interpeller Souleymane Diallo. Ainsi la Cbao a mis à la  disposition des policiers les documents relatifs à l’ouverture  des comptes au nom de Alpha Camara, Amadou Barry. Mais le comble dans cette histoire,  la photo de Souleymane Diallo a servi à ouvrir ces comptes. Ainsi,  les enquêteurs n’avaient plus de doute que c’est la même personne qui a ouvert ces comptes sous différentes identités. Ils ont ainsi découvert que Souleymane Diallo  est connu des services de la police sous le nom de Antony Samuel Ojiakor.
C’est sur ces entrefaites qu’il a été déféré par la Dic pour les délits cités ci-haut. Poursuivant leur enquête, Aliou Watt, le directeur juridique de Orabank entendu, a expliqué qu’Orabank Côte d’Ivoire avait reçu de l’adresse khdiouf….com un ordre de virement de 56 millions de francs censé provenir de leur cliente la société Pagena Sa basée à Dakar. Le compte n’étant crédité que de 15 575 743 francs, l’opération n’a pas été réalisée.  Mais le  mis en cause était loin de renoncer. Car un autre ordre de virement provenant de la même adresse a été effectué au profit des établissements Diallo Souleymane, qui avait un compte à la Cbao.
Deux ordres virements de 240 millions de francs et 65 millions avaient été établis dans les mêmes formes au profit de certaines sociétés basées au Cameroun. Mais à cause de l’importance des montants, elles sont entrées en contact avec la gérante de la société Pagena Sa. La direction de l’audit de la Cbao était alertée.  Quelques jours après Souleymane Diallo s’était présenté  à l’agence Cbao de la Vdn pour retirer 15 millions de francs. Interpellé, Antony Ojiakor a soutenu qu’il s’appelait Souleymane Diallo et qu’il est de nationalité sierra-léonaise. Il disait qu’il recevait des virements pour le compte de ses clients. Pressé de questions, il a fini par avouer qu’il s’était établi de faux passeports dans le but d’encaisser ces virements.
Mais devant la barre, il a complètement retourné sa veste en niant les faits. «Je n’ai pas reçu des virements de Pagena. L’argent que j’ai reçu m’a été envoyé par un ami», dit-il. Interpellé sur  ses multiples identités, le prévenu a dit qu’il s’est marié à une Sénégalaise et s’est converti à l’islam d’où lui vient le nom de Souleymane Diallo.
Le Parquet qui n’est pas convaincu par ses dénégations a requis 5 ans ferme. La défense estime que leur client ne peut être poursuivi que pour le délit d’escroquerie. Pour ce chef, elle a sollicité la clémence et la relaxe pour tous les autres délits. L’affaire sera vidée le 23 juillet prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here