PARTAGER

Abdoul Barry Fall a fait comparaître son marabout pour association de malfaiteurs et vol en réunion. Mais comme il n’était pas exempt de tout reproche, il comparaissait aussi pour escroquerie portant sur 8 millions de francs au préjudice de Mor Tall. Le Parquet a requis 6 mois assortis de sursis contre lui et 2 ans dont 6 mois ferme contre Moustapha Diop. La décision sera rendue le 26 mars prochain.

C’est une situation cocasse. Profitant du différend qui opposait Abdou Barry Fall à Mor Tall, suite à une vente de 8 terrains, Moustapha Diop lui a fait croire qu’il peut le rendre riche. Il lui a ainsi demandé de lui remettre la somme d’un million de francs afin qu’il multiplie ce montant par quinze. Et pour rien au monde, Abdou Barry n’entendait cracher sur une telle fortune qui peut le sortir de sa misère.  C’est ainsi que le 7 décembre 2017, vers les coups de 00h, le marabout lui a donné rendez-vous à la plage du Cap des Biches. Malheureusement pour lui, il va tomber sur trois présumés policiers qui faisaient la ronde.  Il sera ainsi menotté avec son chauffeur et le marabout avant d’être dépouillé de leurs biens (2,5 millions) et abandonnés au Technopôle.  Il ne s’est pas fait prier pour porter plainte contre le marabout au commissariat de Golf Sud. Arrêté, Moustapha Diop a reconnu les faits qui lui sont reprochés sans am­bages.  L’arroseur sera aussi arrosé. En fait, Mor Tall a introduit par ailleurs une plainte contre Abdou Barry Fall pour escroquerie sur un montant de 8 millions pour la vente des terrains.
Devant la barre, le marabout Moustapha Diop  qui comparaissait pour association de malfaiteurs a complétement retourné sa veste.  Il a nié avoir remis de faux billets au plaignant et à son coprévenu. Cependant, il reconnaît avoir promis à Abdou Fall de lui multiplier les billets mais que ce dernier savait qu’il n’en avait pas les moyens. «Bombardier et Baye Fall sont mes complices. J’ai simulé une agression avec l’aide de mes amis. Je suis un marabout et non un charlatan», révèle-t-il. Des dénégations qui sont loin de la vérité, selon Abdou Fall, qui le dépeint comme un coutumier des faits.  «Je suis dans les navétanes et je sollicite souvent ses services. Je lui ai remis 68 mille francs. Par la suite, il m’a donné rendez-vous au Cap des Biches. Il m’a convoqué à la plage pour faire les sacrifices. Je suis venu et les limiers m’ont arrêté en volant mon argent», se plaint-il.
A propos du délit d’escroquerie qui lui est reproché, il argue avoir vendu des terrains par procuration à Mor Tall à Bambilor. Ce que dément la partie civile, Mor Tall qui parle de 10 terrains qu’il n’a jamais vu. «C’est un certain Pape Sow qui a réglé le problème. Je demande que les papiers de mes terrains me soient remis», réclame-t-il. Selon le conseil de Abdou Barry Fall, son client a été agressé par un indicateur de la police avec la complicité de Moustapha Diop. Il a réclamé la somme de 10 millions de francs en guise de réparation.   De l’avis du Parquet, la multiplication des billets est une manœuvre pour le marabout de voler la somme d’un million. Concernant le terrain, poursuit le maître des poursuites, Abdou Fall n’était pas titulaire d’un terrain mais il a pris l’argent de Mor Tall. Il a requis 2 ans dont 6 mois ferme contre Moustapha Diop et 6 mois assortis de sursis contre son coprévenu. La défense a sollicité une application bienveillante de loi.  La décision sera rendue le 26 mars prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here