PARTAGER

L’auxiliaire de gendarmerie, Ousmane N. Kane, et ses acolytes encourent 5 ans de prison ferme pour les délits présumés d’association de malfaiteurs, vol avec violence et détention de chanvre indien. Ils seront édifiés sur leur sort le 21 juin prochain.

Avec la complicité présumée de ses 3 amis, Aly Marame Gningue, Mame Alpha Ndoye et Massaer Sylla, l’auxiliaire de gendarmerie Ousmane Ndiaye Kane a tenté de soutirer au boutiquier Abdoul Aziz Ba la somme de 300 mille francs. Poursuivis pour association de malfaiteurs, vol avec violence et détention de chanvre indien, ils risquent 5 ans de prison ferme. Les faits se sont produits à Sangalkam.
Informés du vol qui a eu lieu dans la boutique de Abdoul Aziz Ba, les éléments de la police ont effectué un transport sur les lieux. Ils ont ainsi réussi à mettre la main sur le nommé Massaer Sylla. Acculé de questions, le mis en cause a tout balancé en relatant leur mode opératoire. Il dit : «C’est Mame Alpha Ndoye qui est à l’origine de ce deal. Pour prendre le boutiquier à défaut, il a remis la somme de 1 000 francs à Aly Marame Gningue pour acheter un cornet de chanvre indien afin de l’introduire dans la boutique de Abdoul Aziz Ba.» C’est ainsi que l’auxiliaire de gendarmerie Ousmane N. Kane est venu procéder au contrôle de la boutique où il a découvert le chanvre indien dissimilé au préalable par son complice. Et quand il a menacé d’embarquer le boutiquier, Massaer Sylla est venu jouer aux bons offices. Il a sollicité le pardon du gendarme et a demandé au boutiquier de lui remettre la somme de 15 mille francs. Ayant compris leur jeu, Abdoul Aziz Ba a crié au voleur. Entendu, le boutiquier précise qu’ils lui ont soustrait la somme de 300 mille F au lieu de 15 mille francs et des cartes de crédit avant de le tenir en respect, après lui avoir passé les menottes.
Face au juge, l’auxiliaire de gendarmerie a déclaré avoir intervenu «parce que j’avais senti l’odeur du chanvre provenant de la boutique. Ce qui m’a amené, poursuit-il, à interpeller Abdoul A. Ba». Mais le juge lui a rappelé ses déclarations devant le juge d’instruction pour le mettre en contradiction avec ses propos à la barre. «Vous aviez affirmé avoir mis un plan pour arnaquer le boutiquier. Gningue a dissimulé de la drogue dans la boutique. Le gendarme est venu par la suite pour l’arrêter en faisant semblant d’appeler du renfort. Et c’est ainsi que la victime a crié au secours et vous avez pris la poudre d’escampette», lui dit-il. Les autres prévenus ont aussi tenté de nier les faits. Selon le Parquet, il est constant que les 4 prévenus étaient au moment des faits dans les alentours de la boutique. Estimant que les faits sont constants, il a requis 5 ans ferme. La défense a sollicité une application bienveillante de la loi.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here