PARTAGER

En raffermissant leurs liens lors d’une cérémonie samedi à la Grande mosquée de Dakar, Lébous et Guinéens de Dakar ont montré la voie menant à la réalisation des Etats-Unis d’Afrique.

La Communauté guinéenne établie au Sénégal a peuplé samedi la salle de conférence de l’Institut islamique de la Grande mosquée de Dakar. Lors d’une cérémonie d’hommages, Lébous et Guinéen ont rappelé les liens historiques qui unissent les deux Peuples. Une façon de montrer la voie menant à l’intégration des Peuples en Afrique. Ainsi, les deux communautés ont pressé les chefs d’Etat africains à se mettre sur la voie de la réalisation des Etats-Unis d’Afrique. «C’est en 1236 que Soundjata Keita lançait la charte de Kouroukan Fouga, une déclaration des droits de l’Homme pour l’Afrique. Lorsque l’Occident proclamait la déclaration universelle des droits de l’Homme, c’était en 1800, c’est à dire 500 ans après. L’empire du Mali était composé du Sénégal, de la Gambie, de la Mauritanie, de la Guinée, du Mali et des pays de l’Afrique centrale. C’était un seul pays. Chaque Etat fédéré avait un gouverneur. Donc si les pères de nos indépendances comme Sékou Touré, Kwame Nkru­mah,… ont toujours souhaité la réalisation des Etats-Unis d’Afrique. Mais cela ne date pas d’eux mais de leurs ancêtres», déclare Abdou Khadre Gaye, président de l’Ong Entente des mouvements et associations de développement(Emad), initiatrice de la rencontre.
M. Gaye, qui assimile l’Union africaine à un «syndicat de chefs d’Etat», prêche plutôt pour une «Union africaine des Peuples». En écho, les Guinéens chantent la même rengaine. Fils du président de l’Association des res­sor­tissants guinéens au Sénégal, Saliou Sow estime que cette dynamique doit être impulsée sur tout le continent. «Cette cérémonie est un exemple de ce qu’on aimerait voir tous les jours en Afrique. On doit œuvrer pour le rapprochement des Peuples et leur cohésion. Cet esprit doit être diffusé dans toute l’Afrique pour la réalisation de l’unité des peuples africains», dit-il. Alors qu’en pensent les décideurs politi­ques ? «Le Président Macky Sall salue cette initiative parce qu’il croit aux Etats-Unis d’Afrique», fait retenir Abdoulaye Makhtar Diop, Grand Serigne de Dakar.
Cependant, le chef supérieur de la Collectivité léboue estime qu’il faut au préalable raffermir les liens entre les Peuples africains. Il a évoqué les mesures de la Cedeao comme l’instauration de la carte d’identité biométrique, qui selon lui, promeut l’intégration sous-régionale.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here