PARTAGER
Le président du Cnoss, Mamadou Diagna Ndiaye.

Dans le cadre de ses activités et en relation avec le Comité international olympique (Cio) et l’Organisation internationale de Police criminelle (Interpol), le Cnoss organise à Dakar, et pour deux jours (25 et 26 octobre), un Atelier régional Interpol-Cio sur l’intégrité dans le sport à l’hôtel Novotel.
Dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture d’hier, le président du Cnoss s’est d’abord félicité du choix de notre capitale et dont il y est pour beaucoup : «Je me réjouis du choix porté sur le Sénégal pour abriter cet atelier.» Selon Mamadou Diagna Ndiaye : «Nous sommes confrontés à une problématique essentielle qui interroge et interpelle toutes les consciences soucieuses de l’avenir du sport. Il n’y a pas d’exigence plus haute, d’impératif plus puissant dans ce temps du monde que la réflexion sur l’intégrité dans le sport et les risques considérables de perversion qui par leur amplitude et la gravité de leurs conséquences, sont susceptibles de remettre en question tout le substrat de valeurs qui fondent l’idéal olympique.»
Visiblement en forme suite à son accident, le patron du Cnoss, qui avait à ses côtés le magistrat Youssoupha Ndiaye, ancien membre du Cio, s’érige contre toute instrumentalisation du sport. «Nous devons combattre impeccablement et sans la moindre concession contre toutes formes de manipulation ou d’instrumentalisation du sport à des fins personnelles», a souligné Diagna Ndiaye. Qui poursuit : «Le rôle et la place du sport dans nos sociétés contemporaines et dans nos vies commandent l’impératif d’agir dans le sens d’une consolidation de l’idéal olympique, de ses valeurs morales, de son exemplarité, de sa capacité à nous tirer vers le haut, des référents sans lesquels aucune société ne peut prétendre à un avenir viable.»
Par rapport au thème de l’atelier, le président du Cnoss dira : «L’intégrité dans le sport est de plus en plus mise en danger par des organisations criminelles structurées, ayant une parfaite maîtrise de l’outil informatique pour planifier de nouveaux modes d’intervention visant le sport de haut niveau.» Il ne manquera pas dans la même foulée de citer certains dysfonctionnements «préjudiciables à la quintessence et à la noblesse du sport». «Il y a concomitamment des scandales de corruption, des achats de conscience dans certaines instances sportives, des révélations d’affaires de dopage et matchs truqués.»
Notons que cet atelier régional Interpol-Cio accueille plusieurs participants venus du Cameroun, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Sénégal.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here