PARTAGER

Un homme a tué deux femmes au couteau, dimanche 1er octobre, près de la gare Saint-Charles à Marseille, avant d’être abattu par des militaires de l’opération «Sentinelle». L’attaque a eu lieu vers 13h 45. L’identification des deux victimes était toujours en cours en fin de journée.
La section antiterroriste du Parquet de Paris a été saisie, mais les enquêteurs restent prudents, certains éléments devant encore être éclaircis. L’enquête, ouverte notamment pour «assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et «tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique», a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (Dgsi). Selon nos informations, l’assaillant est connu pour des faits de droit commun.
En fin de journée, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui a rejoint sur place le préfet de police et le procureur de la République de Marseille, s’est refusé à parler d’attentat. «Cet acte pourrait être de nature terroriste, mais à cette heure, nous ne pouvons pas l’affirmer», a-t-il dit lors d’un point de presse devant la gare Saint-Charles. Présent à ses côtés, le maire Les Républicains de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a pour sa part déclaré : «Pour moi, c’est un attentat.»
Le ministre, qui venait de visionner les images vidéo de la scène du crime, a précisé que l’auteur des faits a frappé une première femme puis s’est enfui avant de revenir sur ses pas et tuer la seconde victime. «C’est un élément d’interrogation», a indiqué Gerard Colomb. Alertée par les cris de la foule, une patrouille de l’opération «Sentinelle» a abattu l’auteur des faits qui n’obtempérait pas aux sommations. «Il y a une dizaine de témoins de la scène qui sont entendus par les policiers», a encore ajouté M. Collomb.
Le Président, Emmanuel Macron, a manifesté son «indignation» après un «acte barbare».
lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here