PARTAGER

«La redoutable et insaisissable bande de Ousmane Sow» a été mise hors d’état de nuire par la Gendar­merie nationale. Les cinq membres de ce groupe de malfaiteurs qui avaient attaqué en avril dernier l’agence Microcred de Nguékhokh seront présentés au procureur de Thiès aujourd’hui.

Photo d’illustration.
Photo d’illustration.

La Gendarmerie nationale s’est encore signalée dans la traque aux malfaiteurs. Ainsi, elle a mis fin aux agissements de «la redoutable et insaisissable bande de Ousmane Sow» qui terrorisait les populations des régions de Thiès, Kaolack, Diourbel, Louga et Saint-Louis. Dans un communiqué, les hommes en bleu informent les avoir neutralisés «suite à une opération rondement menée par les unités territoriales avec l’appui de la Section de recherches de Dakar». Cette intervention de la Gendarmerie nationale survient après «l’attaque du Microcred de Nguékhokh, perpétrée le mois dernier et ayant occasionné la mort de l’un des assaillants». Elle a permis d’arrêter «l’ensemble des membres de la bande et la saisie d’un impressionnant arsenal détenu par les malfaiteurs».
L’attaque de l’agence Micro­cred de la commune de Nguékhokh s’est produite dans la nuit du 6 au 7 avril 2017 vers 3h 15mn, renseigne-ton. Ainsi, six personnes lourdement armées ont débarqué sur les lieux et fait irruption dans la «boulangerie Zeyna» qui fait face à la banque en question. Ici, les malfaiteurs mettent la main sur les personnes trouvées sur place. Ces dernières seront «maîtrisées et regroupées dans une chambre». Après avoir malmené le personnel de la boulangerie, les assaillants vont quitter bredouilles ledit établissement pour se déporter vers l’agence de Microcred, fait-on remarquer. «Profitant de l’effet de surprise, ils réussissent facilement à neutraliser le vigile. Ce dernier est solidement ligoté. La sale besogne pouvait alors commencer», poursuivent les gendarmes. Qui indiquent qu’«à coups de pieds biche et de marteaux, les braqueurs défoncent la porte de la banque et s’en prennent directement au coffre contenant en ce moment quatre-vingt-sept mil­lions de francs Cfa. La taille et le système de sécurité de ce dernier ne leur facilitent pas la tâche».
Alertée par un témoin oculaire, la gendarmerie descend sur les lieux. «Dès que le véhicule de la gendarmerie a été aperçu, les malfaiteurs ouvrent un feu nourri, obligeant ainsi les gendarmes à débarquer. Il s’en est suivi un échange de coups de feu qui a duré plus d’une demi-heure. Sous la pression constante des gendarmes, les assaillants finissent par battre en retraite, laissant sur place un blessé grave et le butin», narrent encore les hommes en bleu. Mis en chasse par les gendarmes, les malfaiteurs parviennent à se fondre dans la nature.
Massamba Dia, le braqueur atteint lors de l’attaque, succombera à ses blessures à l’hôpital Principal de Dakar. Au préalable, il avait fourni le nom de chacun de ses co-auteurs et son rôle, souligne-t-on. Les enquêteurs noteront : «La coordination était assurée par Ousmane Sow et Samba Tall, trentenaires, résidant respectivement à Thilmakha et Nguékhokh. Sam­ba Kâ, la vingtaine accomplie, berger domicilié à Sandiara, est l’un des bras armés les plus sanguinaires du groupe. Djiby Ba, quadragénaire, fort de corpulence, se charge de faire sauter les portes et les coffres. Ibrahima Ba, âgé environ de 45 ans, assure le guet lors des interventions.»
Des perquisitions organisées le samedi 6 mai 2017 ont permis «de retrouver un arsenal impressionnant d’armes de poing, de fusils de chasse, de munitions et d’armes blanches. Les armes étaient souvent cachées dans la brousse. De nombreux pieds de biche, des marteaux lourds et du bétail déclaré volé ont également été découverts».
La gendarmerie annonce que «les cinq mis en cause, gardés à vue à la brigade de gendarmerie de Nguékhokh, seront déférés au Parquet de Thiès ce mardi 9 mai 2017, en fin de matinée».
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here