PARTAGER

Le Collectif des acteurs de la pêche du Sénégal (Caps) assimile le rapport intitulé «Mal de mer» de Greenpeace, qui affirme que des licences de pêche ont été attribuées à des navires chinois, à de la «manipulation», et apporte son soutien à Alioune Ndoye.

Le Collectif des acteurs de la pêche du Sénégal (Caps) apporte son soutien au ministre de la Pêche et de l’économie maritime contre Greenpeace. L’Ong, dans un rapport intitulé Mal de mer : pendant que l’Afrique de l’Ouest est verrouillée par le Covid-19, ses eaux restent ouvertes au pillage, affirme que «des licences de pêche ont bien été attribuées le 17 avril à quatre bateaux nommés Fu Yuan Yu, en dépit des affirmations du ministère de la Pêche selon lesquelles aucune nouvelle licence n’avait été octroyée». Pour le Caps, ces «mensonges sont l’œuvre de personnes mal intentionnées, tapies dans l’ombre, pour saboter le secteur de la pêche». Lors d’un point de presse organisé hier dimanche, Djiby Ndiaye, président des mareyeurs de Pikine, a expliqué que «depuis Aly Haïdar, ils font la même chose : Ils essaient de manipuler le ministre. S’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent, ils essaient de le remplacer. Nous voulons que ces campagnes de diabolisation cessent. Depuis qu’il est là, Alioune Ndoye fait du bon travail. Il est ouvert et partage avec nous la volonté de développer le secteur».
Opinion que partage Thierno Mbengue, président des mareyeurs du Sénégal. «Pour accorder une licence à un navire, il faut déjà que le Sénégal signe un accord de pêche avec son pays. Pour la licence aussi, il faut que Macky donne son accord. Tous les navires que vous voyez appartiennent à des Sénégalais. Ils en détiennent 51%», a-t-il précisé.
Après la publication, le 10 octobre dernier, du rapport de l’Ong Greenpeace intitulé Mal de mer : pendant que l’Afrique de l’Ouest est verrouillée par le Covid-19, ses eaux restent ouvertes au pillage, et parlant de l’octroi de licences de pêche à des bateaux chinois sénégalisés pour la circonstance, le ministère de la Pêche et de l’économie maritime s’est inscrit en faux. Les services de Alioune Ndoye ont affirmé que c’était des «allégations totalement infondées». En mai dernier, le Groupement des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (Gaipes) avait accusé Alioune Ndoye d’envisager d’octroyer 52 licences de pêche à des navires chinois. C’est dire que dans le secteur de la pêche, tous les acteurs ne sont pas dans les mêmes eaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here