PARTAGER

Les populations du village de Keur Samba Laobé, baptisé par Cheik Béthio Thioune, le guide des Thiantacounes, Médinatoul Salam, sont très remontées contre lui suite à ces propos tenus sur l’historique du village lors de la célébration du Gamou dans cette localité. En premières lignes de ces récriminations, les petits-fils de Samba Laobé, qui n’ont pas ménagé Béthio Thioune. Selon le porte-parole de la famille  Lat Diop, le guide des Thianta­counes veut travestir l’histoire de ce village de Samba Laobé, qui était le chef de canton de Mbayard Nianing. «Nous avons entendu ces propos lors du Gamou disant que c’est Serigne Saliou qui lui a offert le village de Samba Laobé en lui donnant 30 hectares, ce qui nous a surpris car à part ce qu’il a acheté ici derrière le village  à Falokh comme terrain il n’a  rien à Samba Laobé, il ne peut pas sortir un papier. Nous nous avons un papier, une délibération de 250 hectares qui date de 1981 pour le projet des refugiés Bissau-guinéens et une autre délibération de 41 hectares faite en 1989. Il nous a trouvés ici nous connaissons son passé, il n’a aucun papier ni de délibération des présidents de communauté rurale ou de maire, il n’y a pas de délibération où c’est écrit Béthio.» Il ajoute : «Il n’est là que pour ses intérêts, sur le projet de 25 hectares c’est moi qui ai fait les démarches, des parcelles qu’il a données à ses talibés, d’ailleurs un de ses talibés du nom de Youssou Niang est décédé mais il refuse que la famille fasse le testament, depuis bientôt 3 ans ainsi que Dieng poète. Cheikh Béthio veut changer l’histoire, le village de Samba Laobé, il l’a rebaptisé Médi­natoul Salam, maintenant il veut changer son nom en disant qu’il s’appelle Madior alors qu’il porte le nom de Baye Béthio son grand-père, Keur Samba n’appartient pas à Béthio, il est en train de tout faire pour travestir l’histoire, il doit dire aux Sénégalais qu’est ce qui l’a amené dans ce village nous connaissons l’histoire nous.» Comment alors Béthio s’est retrouvé dans ce patelin ?  «Nous avons donné 1 hectare à Serigne Saliou sur la délibération de 1989 faite par Ousmane Guèye, l’ancien président de la Communauté rurale inscrit sur le plan d’origine mais il n’a jamais remis ces terrains à la famille de Serigne Saliou, il veut s’emparer des espaces publics, durant ce Gamou il a remis des bœufs à nous mais cela ne change rien. A Keur Samba, il n’y a pas de mosquée, ni de poste de santé même l’éclairage public est payé par les autres villages, personne ne paye de taxes»,  se désole M. Diop.
Aujourd’hui, il soupçonne Béthio de vouloir faire main basse sur les terres de Samba Laobé.
abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here