PARTAGER

La tribune du parrainage a été une occasion pour le Président Macky Sall de regretter les sorties d’hommes politiques s’attaquant à des magistrats. «Garde des sceaux, c’est ton travail ! Il faut que force reste à la loi. Ou on est une démocratie ou on est une jungle.» C’est en ces termes qu’il a d’ailleurs apostrophé hier le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall. Pour le président de la République en fait, les invectives et insultes proférées à l’endroit des magistrats doivent être punies à la hauteur de l’infraction.  «Citer nommément des magistrats et les insulter, ce n’est pas normal. Pour le Président je n’en parle pas, parce que nous sommes des hommes politiques et sommes  «carapacés» pour faire face. Mais pour ceux qui ont le droit de réserve et sont protégés par la loi, on ne doit plus laisser personne les traîner dans la boue ou les minimiser dans ce pays sans que la loi ne s’exerce», a assuré le Président Sall.
Sous un autre registre, le président de la République a déploré la méthode de l’opposition consistant à faire le tour des ambassades pour ternir l’image du gouvernement. «Ce n’est pas en allant parcourir les ambassades étrangères et autres qu’ils réussiront. Le destin du Sénégal sera assuré par les Sénégalais. Notre indépendance a été obtenue en 1960. Ce sont les Sénégalais qui feront et déferont dans ce pays, ce ne sont pas les ambassades ou un pays étranger», a-t-il dit à l’endroit de l’opposition. «Ils avaient dit non au parrainage et ont été une centaine à aller se bousculer pour aller retirer des fiches», a-t-il raillé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here