PARTAGER

L’Etat va apporter son soutien aux agriculteurs des zones à déficit pluviométrique en leur distribuant des semences à cycle court. L’annonce a été faite mercredi par le président de la République dans son adresse à la Nation à l’occasion de la Tabaski, qui a regretté aussi le comportement de l’opposition en cette veille de la Présidentielle.

Le gouvernement va prendre des mesures d’adaptation et d’atténuation des conséquences d’un éventuel déficit pluviométrique dans les zones où l’hivernage tarde à s’installer. Dans les semaines à venir, promet Macky Sall, l’Etat procédera à la distribution des semences à cycle court dans ces parties du pays. Il s’agira, selon le chef de l’Etat, des semences de niébé et d’autres variétés actives qui seront mises à la disposition des paysans. L’annonce a été faite mercredi par le président de la République dans sa traditionnelle adresse à la Nation après chaque prière de la fête de Tabaski. «Nous rendons grâce à Dieu puisque la Tabaski est célébrée cette année encore pendant l’hivernage. Par sa grâce, certaines parties du pays sont bien arrosées. En revanche, pour d’autres ce n’est pas encore le cas. Toutefois, nous continuons à prier. Il faut savoir que le retard dans le démarrage des pluies ne conduit pas forcément à une mauvaise saison», a exprimé Macky Sall.
Dans son grand boubou blanc coiffé d’un bonnet, le Président était entouré de l’imam ratib de la Grande mosquée, du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, du Grand serigne, Abdou­laye Makhtar Diop, et du maire de Dakar-plateau, Aliou­ne Ndoye.
Devant les nombreux fidèles amassés derrière les barrières, Macky Sall a lancé également des pierres dans le jardin de l’opposition. «Aller vilipender le Sénégal à l’étranger ou ternir l’image du Président ne règle pas les problèmes. C’est une erreur. C’est Dieu qui donne le pouvoir à travers les populations», fulmine-t-il. Une déclaration qui peut être assimilée à une réplique à Madické Niang et compagnie, qui ont récemment dénoncé le régime en place auprès des représentations diplomatiques. En réitérant son appel au dialogue à l’endroit de la classe politique, il a fait comprendre qu’ «il ne reste plus qu’à aller à l’élection présidentielle de 2019. Tout ce qui devait être discuté comme le code électoral est derrière nous». Toutefois pour des élections libres, démocratiques et transparentes, selon lui, pouvoir et opposition doivent toujours se parler mais dans le cadre du respect des règles de la démocratie.
Pour sa part, l’imam ratib de la Grande mosquée de Dakar, Alioune Moussa Samb, s’en est pris aux hommes politiques qui n’ont pas de respect pour les institutions. «La démocratie ne veut pas dire de l’indiscipline. Dans ce pays, il se passe des choses qui ne sont rien d’autre que du manque de discipline. Et celui qui est indiscipliné doit être éduqué. Ton adversaire politique est ton allié de demain. Qu’est-ce que tu lui diras si vous êtes ensemble ? Tu étais pire hier. Aujourd’hui, tu es le meilleur. Ça ne peut pas être», a sermonné le religieux. Après avoir rappelé que le Sénégal est le Sénégal de tous, Alioune M. Samb a formulé des prières pour un hivernage pluvieux. C’est dans la division que la communauté musulmane du Sénégal a célébré la fête de Tabaski cette année. Une partie dont la Famille omarienne a fêté l’Aid el kébir mardi.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here